Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE TERRITORIAUX

Retour à la liste d'indicateurs

L’effort de recherche par région

Thème : Société de la connaissance et développement économique et social
Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable

La recherche-développement réalisée par les entreprises et les administrations publiques contribue à améliorer le potentiel de connaissances disponibles. En 2010, l’effort de recherche au niveau régional varie en de 0,8 % à 4,6 % du PIB. Midi-Pyrénées est la seule région à dépasser l’objectif européen de 3 %. Cinq régions seulement se situent au-dessus de la moyenne nationale (2,2 %) du fait de la forte concentration de l’activité de R&D. Cet effort relatif de R&D permet à certaines régions ne bénéficiant pas d’effet taille important, d’apparaître comme productrices de potentiel d’innovation. C’est le cas de la Franche-Comté ou du Languedoc-Roussillon.

 

Définition

L’effort de recherche se définit comme le rapport entre la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) et le PIB, exprimé en pourcentage. La dépense intérieure de R&D correspond à la somme des moyens financiers (nationaux et étrangers) mobilisés pour l’exécution des travaux de R&D sur le territoire national par le secteur des administrations françaises et celui des entreprises.

Pertinence

La recherche et l’innovation sont des leviers majeurs pour relever les défis du présent, anticiper ceux de demain et permettre à la France de développer une compétitivité garante de son équilibre économique et social. La R&D permet de faire progresser l’ensemble des connaissances humaines ; elle contribue grandement à la compétitivité d’une économie nationale ou régionale.

L’échelon territorial retenu est celui de la région, en raison de la disponibilité des données. Il a du sens dans la mesure où le pilotage des stratégies dans ce domaine relève largement de la compétence des Régions ou de la représentation de l’État en région, à travers notamment les stratégies régionales d’innovation et les schémas régionaux de développement économique.

Limites et précautions

Cet indicateur est un indicateur d’investissement et non de performance. Il ne rend pas compte de l’impact des résultats obtenus, ni des autres formes d’investissement en faveur de l’innovation. Les comparaisons entre régions sont délicates car l’effort de recherche dépend pour partie des structures productives des régions et des stratégies nationales en matière de recherche publique. Toutefois, les évolutions sur le long terme traduisent des trajectoires utiles à l’orientation des politiques publiques et à la compréhension des dynamiques régionales.

Analyse

Résultat au regard de l’enjeu de développement durable

La France se positionne dans une situation moyenne en Europe en termes d’intensité de R&D et de performances à innover. Globalement, la France n’atteint pas l’objectif européen de 3 % du PIB d’investissement en faveur de la R&D (2,2 % en moyenne pour la France métropolitaine), un objectif atteint dans 27 régions européennes seulement (sur 270).

L’objectif « Europe 2020 » en matière d’effort de recherche intègre les activités publiques (DIRDA) et privées (DIRDE). En France métropolitaine, les travaux de R&D sont en moyenne menés pour deux tiers dans les entreprises et pour un tiers au sein des administrations publiques. Dans dix-neuf régions de France métropolitaine, le secteur privé exécute plus de la moitié des travaux de recherche. Les régions Franche-Comté, Haute-Normandie, Picardie se singularisent par une forte contribution du secteur privé qui atteint 80 %. Les taux de dépenses de R&D publique (DIRDA/PIB) les plus élevés sont observés dans les régions Île-de-France, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Les taux de dépenses de R&D privée (DIRDE/PIB) les plus élevés sont observés dans les régions Île-de-France, Midi-Pyrénées, Franche-Comté et Rhône-Alpes.


Disparités territoriales

En termes d’effort de R&D, l’Île-de-France, occupe le premier rang des régions européennes. Elle joue un rôle de plaque tournante au sein du territoire national et européen pour la coopération dans les domaines scientifiques et technologiques, tout en disposant de marges de progrès importantes dans l’exploitation optimale de son potentiel de recherche. En termes d’intensité de recherche (DIRD/PIB), l’Île-de-France se situe légèrement en-dessous de l’objectif européen : 2,98 %.

En 2010, trois autres régions françaises dépassent ou approchent ce seuil de 3 % et se placent parmi les 20 premières régions européennes : Midi-Pyrénées (4,6 %), Rhône-Alpes (2,8 %) et Franche-Comté (2,7 %).

L’Île-de-France pèse pour près de 40 % de la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) métropolitaine, les régions Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Provence – Alpes - Côte d’Azur, concentrant environ 26 % des dépenses de R&D de la France métropolitaine.

Entre 2008 et 2010, la part des dépenses de R&D dans le PIB évolue de façon différenciée d’une région à l’autre. Ainsi, les dépenses de R&D ont reculé dans les régions Champagne-Ardenne (- 0,1 %) et Picardie (- 0,1 %) ; en revanche elles ont progressé dans les régions Midi-Pyrénées (+ 0,7 %), Rhône-Alpes (+ 0,3 %), Aquitaine, Centre, Pays de la Loire et Île-de-France (+ 0,2 %).

 

La diversité des potentiels d’innovation entre les régions

Toutes les régions participent à l’effort de recherche et d’innovation, technologique ou non. Toutefois, leurs potentiels scientifique et technologique sont très divers. La capacité à innover dépend de nombreux facteurs (culture d’entreprise, qualifications de la main-d’œuvre, formation, infrastructures de R&D et de technologies de l’information et de la communication, sources de financement, potentiel de créativité local,…).

Les activités de R&D restent très concentrées dans quelques régions, même si la tendance est à la déconcentration. Depuis les années 1990-2000, les écarts se resserrent en termes d’effort de recherche (rapport DIRD/PIB) entre l’Île-de-France et les autres régions. Ce rééquilibrage a profité aux régions présentant déjà les potentiels les plus importants comme Rhône-Alpes, Provence – Alpes - Côte d’Azur, Midi-Pyrénées, Alsace, Bretagne, Pays de la Loire et Languedoc-Roussillon.


Des SRI aux « stratégies de spécialisation intelligente pour la recherche et l’innovation »

La définition de Stratégies régionales d’innovation (SRI), à partir de 2007, dans le cadre de la nouvelle politique de cohésion 2007-2013, a permis aux régions d’approfondir la compréhension de l’innovation et des besoins des entreprises qui ne sont pas seulement technologiques et financiers. Avec une entreprise sur deux de l’industrie et des services qui innove, la France se situe juste au-dessous de la moyenne européenne (52 %). La taille de l’entreprise, le positionnement sectoriel et le degré d’ouverture influent sur ce résultat.

À l’avenir, les « stratégies de spécialisation pour la recherche et l’innovation » (RIS3 ou S3) devront permettre aux régions d’optimiser davantage les effets de leurs interventions dans le champ de l’innovation, en concentrant leurs efforts et leurs ressources sur quelques priorités et domaines où elles disposent d’un avantage comparatif avéré.
 

Pour en savoir plus

 

Source

Organisme producteur de l’indicateur : MEN/MESR – DEPP pour les dépenses de R&D ; Insee, Comptes régionaux pour les PIB
Sources de données : État

Couverture, échelon territorial

France métropolitaine, régions, sauf Corse : dans les résultats, la Corse est intégrée à la région PACA.

Échelle temporelle

Référence temporelle : 2010
Année ou période de la série chronologique : 1990-2011
Fréquence de mise à jour : annuelle

Méthodologie de l’indicateur

La dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) correspond aux travaux de recherche et développement (R&D) exécutés sur le territoire national quelle que soit l'origine des fonds. Une partie est exécutée par les administrations, l'autre par les entreprises. La DIRD comprend les dépenses courantes (masse salariale des personnels de R&D et dépenses de fonctionnement) et les dépenses en capital (achats d'équipements nécessaires à la réalisation des travaux internes à la R&D et opérations immobilières réalisées dans l'année).
Le produit intérieur brut (PIB) est ce que produit l'économie d'un pays. Il est égal à la somme des valeurs ajoutées brutes augmentées des impôts sur les produits (TVA, droits de douanes, taxes spécifiques) moins les subventions sur les produits. Pour estimer le PIB régional, l’Insee calcule d’abord les valeurs ajoutées régionales par branche. La structure des valeurs ajoutées régionales ainsi déterminée est appliquée au PIB de la métropole pour en déduire les PIB régionaux sur le même champ.
L’effort de recherche correspond au rapport entre les DIRD régionalisées et les PIB régionaux.

Méthodologie PIB base 2005 : http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/default.asp?page=base_2005/methodologie/methodologie.htm

Base de données PIB régionaux et valeurs ajoutées régionales : http://www.insee.fr/fr/themes/detail.asp?reg_id=99&ref_id=pib-va-reg-base-2005
 
Principaux objectifs nationaux

En juin 2010, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont adopté un nouveau plan stratégique pour les dix ans à venir, destiné à relancer l’économie européenne.
Intitulée Europe 2020, cette stratégie réforme et prolonge la précédente stratégie dite de Lisbonne. Europe 2020 met en avant trois priorités ou moteurs de croissance : une croissance intelligente (développer une économie fondée sur la connaissance et l’innovation), une croissance durable (promouvoir une économie plus efficace dans l’utilisation des ressources, plus verte et plus compétitive), une croissance inclusive (encourager une économie à fort taux d’emploi favorisant la cohésion sociale).
Le premier des objectifs fixés pour les mettre en œuvre porte sur le taux d’investissement dans la R&D : les pays de l’Union européenne se sont engagés à consacrer 3 % de leur PIB à la R&D d’ici à 2020.

Autres indicateurs liés

Sur le site de l’Observatoire des territoires : http://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr
Dépenses intérieures totales de R&D (par région)
Part des entreprises dans la dépense intérieure de R&D (par région)
Part des administrations dans la dépense intérieure de R&D (par région)
PIB régional

Indicateurs nationaux de développement durable :
http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr > Indicateurs et indices > Développement durable > Indicateurs de développement durable nationaux

http://www.insee.fr > Publications et services > Dossiers > Développement durable
http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/default.asp?page=dossiers_web/dev_durable/recherche_developpement.htm
 
Liens

Indicateurs régionaux de la recherche et de l’innovation : http://cisad.adc.education.fr/indri/

Bibliographie

L’État de l’enseignement supérieur et de la recherche, n° 6, Edition 2013.
http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid25351-cid66659/l-etat-de-l-enseignement-superieur-et-de-la-recherche-n-6-fevrier-2013.html

« Dépenses de recherche et développement en France en 2011 - Premières estimations pour 2012 », Note d’Information Enseignement supérieur & Recherche 13.06, MESR-SIES, juillet 2013.
http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2013/52/5/NI_MESR_13_06_263525.pdf
 


Mis à jour le 10/11/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/