Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE TERRITORIAUX

Retour à la liste d'indicateurs

L’abondance des populations d’oiseaux communs

Thème : Conservation et gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles
Orientation : Préserver la biodiversité

Le suivi des espèces communes est aussi important que celui des espèces patrimoniales pour la compréhension des évolutions de la biodiversité. Les effectifs des différents groupes d’oiseaux communs étudiés ont baissé au cours des années 1990. Sur la dernière décennie, ils semblent se stabiliser à un niveau bas pour les espèces spécialistes des milieux forestiers, agricoles ou bâtis, alors qu’ils augmentent pour les espèces généralistes. Les oiseaux spécialistes des milieux agricoles sont en déclin dans 15 régions sur 21, les spécialistes des milieux forestiers dans 14, et ceux des milieux bâtis dans 13. Ces évolutions pourraient menacer la diversité de la faune aviaire par l’homogénéisation des populations, composées de plus en plus d’espèces généralistes.   

Définition

Le programme de suivi des populations d’oiseaux nicheurs communs en France a été mis en place en 1989 par le Centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux (CRBPO) du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN). Ce programme est appelé STOC pour « suivi temporel des oiseaux communs ». Il repose sur le suivi annuel assuré par des centaines de volontaires sur des points d’écoute. Pour chaque espèce, l’indice d’abondance est calculé à partir du nombre d’individus entendus sur l’ensemble des sites suivis. Les espèces sont regroupées selon leur spécialisation par rapport à 3 grands types d’habitats : les milieux forestiers, agricoles ou bâtis. Les autres espèces, quine présentent pas de biais de répartition entre les types d’habitats, sont classées parmi les espèces généralistes. À partir des indices d’abondance des espèces sont élaborés 4 indicateurs pluri-spécifiques pour fournir l’indice du type d’habitat considéré, en combinant par moyenne géométrique les indices des espèces de chaque groupe. L’indice global par région regroupe toutes les espèces d’oiseaux communs suivies dans la région. L’indicateur est la tendance d’évolution de cette série d’indices dans le temps.

Pertinence

Le suivi des espèces communes est autant nécessaire à la compréhension des évolutions en cours de la nature que celui des espèces rares ou emblématiques. Les oiseaux apparaissent comme de bons indicateurs de l’état de la biodiversité en raison de leur position élevée dans les réseaux trophiques et e leur grande variété d’exigences écologiques (habitats divers pour les différentes espèces, leurs stades de vie, leurs migrations…). Ainsi les données recueillies par le programme STOC sont importants pour connaître l’état des écosystèmes et comprendre les modifications qu’ils subissent. Les oiseaux communs constituent un indicateur de l’état de la biodiversité ordinaire.      

Limites et précautions

Au niveau national, le suivi concerne 65 espèces d’oiseaux. Suivant les régions, toutes les espèces ne sont pas représentées, et les groupes de spécialisation peuvent différer. Par exemple, les espèces spécialistes des milieux agricoles ne sont pas les mêmes en zone méditerranéenne, atlantique ou continentale.

Analyse

Résultats au regard de l’enjeu de développement durable

Globalement, sur la période 1989-2009, les espèces spécialistes sont en déclin, de - 12 % pour les milieux forestiers, - 25 % pour les milieux agricoles et - 21 % pour les milieux bâtis, tandis que les populations d’espèces généralistes augmentent de + 20 %. Ces espèces généralistes remplacent dans de nombreux cas les espèces spécialistes qui souffrent de la dégradation de leurs habitats.

Les indices d’abondance des espèces spécialistes, notamment de celles des milieux forestiers ou bâtis, semblent présenter un palier sur les 10 dernières années, mais les niveaux atteints restent bas par rapport à ceux de 1990, et probablement très inférieurs à ceux des années 1970, si on se réfère aux tendances observées au niveau européen. La situation actuelle semble ainsi stabilisée mais à un niveau préoccupant.

Parallèlement, les effectifs des espèces généralistes sont en nette augmentation ces 10 dernières années. Ces tendances semblent illustrer un phénomène d’homogénéisation de la faune aviaire, les communautés d’oiseau  s’uniformisant vers des compositions d’espèces peu spécialisées, à large répartition. Les mêmes tendances sont observées en Europe. D’après le MNHN, ces résultats sont en concordance avec le constat global de déclin des espèces spécialistes chez les animaux (oiseaux, mammifères, araignées, poissons) et les plantes. La dégradation ou la perte des habitats reste la principale menace, malgré la mise en oeuvre des directives « oiseaux » et « habitats, faune, flore » (réseau Natura 2000).

Disparités territoriales

Le calcul des quatre indicateurs par grand type d’habitats au niveau régional pour la période 2001- 2009 permet d’observer une progression globale des espèces généralistes, sauf dans 6 régions ; en Provence-Alpes-Côte d’Azur et Aquitaine, le déclin est de plus de 10 %. Les espèces spécialistes des milieux forestiers sont en déclin dans 14 régions sur 21. La situation est plus contrastée pour les espèces de milieux agricoles, avec de forts écarts entre régions : une majorité d’entre elles présentent une dynamique négative et seulement 6 régions affichent une tendance positive. Ceci peut s'expliquer par le caractère local des principaux facteurs qui influent sur l’évolution des effectifs des espèces agricoles (modifications du paysage agricole, fragmentation et destruction d'habitats). A l’opposé, les facteurs qui affectent les espèces forestières et généralistes sont de nature plus globale (changement climatique notamment). Les espèces des milieux bâtis présentent elles-aussi des situations contrastées, avec seulement 8 régions ayant une tendance positive de 2001 à 2009.   

Données complémentaires

La liste rouge des oiseaux nicheurs menacés de France métropolitaine est parue fin 2008. Elle est élaborée par le MNHN et le comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), en partenariat avec la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), la société d’études ornithologiques de France et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Sur 277 espèces d’oiseaux nicheurs évaluées, 5 sont éteintes en métropole, comme la sarcelle marbrée, (Marmaronetta angustirostris) ou la grande outarde (Otis tarda). 73 espèces, soit 26 %, sont menacées de disparition sur le territoire métropolitain (dont 11 en danger critique d’extinction et 20 en danger, les autres étant vulnérables), alors que ce taux est de 12 % au niveau mondial.

Le râle des genêts (Crex crex), classé en danger, a perdu 50 % de ses effectifs en 10 ans, en lien sans doute avec l’intensification des pratiques agricoles et la régression des prairies naturelles. Une espèce autrefois commune comme le bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula) a perdu 60 % de ses effectifs en moins de 20 ans et est considérée comme vulnérable, souffrant de la dégradation des habitats et des changements climatiques.

D’autres causes de déclin peuvent être, selon les espèces, la raréfaction des proies et des ressources alimentaires, la pollution, ou encore des tirs ou empoisonnements à l’encontre de certaines espèces malgré la protection réglementaire dont elles bénéficient. 

Pour en savoir plus

Source

Organisme producteur de l’indicateur : MNHN (CRBPO).
Principales sources de données mobilisées pour établir l’indicateur : observation par des professionnels et amateurs bénévoles dans le cadre du programme STOC.
Date de diffusion ou mise à jour des données mobilisées : 2010.

Couverture, échelon territorial

France métropolitaine hors Corse (en raison de la spécificité de sa faune aviaire).

Échelle temporelle

Référence temporelle : 2009.
Année ou période de la série chronologique : 1989 à 2009 au niveau national, 2001 à 2009 au niveau régional.
Mise à jour apériodique.

Méthodologie de l’indicateur

Le programme STOC (Suivi Temporel d’Oiseaux Communs) a été initié en 1989 par le Centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux (CRBPO) du Muséum National d’Histoire Naturelle. Il étudie les variations dans le temps et dans l’espace des effectifs des populations d’oiseaux communs à l’échelle de la France à l’aide de nombreux observateurs professionnels et amateurs. Il permet, par exemple, de mettre en évidence les espèces en déclin, stables et en augmentation, notamment en fonction des grands types d’habitats.

Le CRBPO calcule au niveau national un indice de l’évolution des populations de l’avifaune à partir de 65 espèces d’oiseaux communs. Parmi elles, citons par exemple l’alouette des champs (Alauda arvensis, caractéristique des milieux agricoles), le pic épeiche (Dendrocopos major, typique des milieux forestiers), le moineau domestique (Passer domesticus, en milieu urbanisé) ou le merle noir (Turdus merula, espèce généraliste). Les évolutions des populations sont calculées à partir d’une ré  ession linéaire sur la période 1989-2009 pour le niveau national, et 2001-2009 au niveau régional.

Les quatre indicateurs nationaux, regroupant les espèces selon leur spécialisation par rapport à trois grands types d’habitat, ont été repris à l’échelon régional (spécialistes des milieux agricoles, spécialistes des milieux forestiers, spécialistes des milieux bâtis, généralistes). Pour chaque groupe, l'indicateur renseigne sur l'évolution de la moyenne de l'indice d'abondance des espèces du groupe, depuis 2001 (ou 2002 pour certaines régions). Pour le calcul de ces indicateurs régionaux, de nouveaux groupes d'espèces ont été sélectionnés, en considérant trois grandes zones biogéographiques (atlantique, continentale, méditerranéenne), afin de prendre en compte les spécificités régionales, car par exemple les spécialistes des milieux agricoles ne sont pas les mêmes en zone méditerranéenne et en zone continentale. Par ailleurs des corrections peuvent être effectuées, par exemple pour prendre en compte le cas des espèces grégaires (souvent présentes en larges groupes).


Principaux objectifs nationaux

La loi Grenelle I et la Stratégie nationale de Développement durable (SNDD) 2010-2013, dans le défi - clé « conservation et gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles », ont parmi leurs objectifs de stopper la perte de la biodiversité sauvage et domestique.

La stratégie nationale pour la biodiversité (SNB), avec ses plans d’action sectoriels (patrimoine naturel, agriculture, forêt, mer, urbanisme, infrastructures de transport terrestres, tourisme, outre-mer, international, recherche), a été renouvelée en 2009. La SNB a vocation à mettre en place des plans
locaux de protection de la biodiversité.

Autres indicateurs liés

Les IDD territoriaux relatifs à la conservation de la nature et la préservation de la biodiversité, c'est-à dire principalement celui portant sur les surfaces classées sites Natura 2000 mais aussi l’état des populations piscicoles des rivières.

L’IDD national portant sur l’indice d’abondance des populations d’oiseaux communs : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr > Indicateurs & indices > Développement durable > Indicateurs de développement durable nationaux
http://www.insee.fr, rubrique Publications et services > Dossiers > Développement durable

Liens et bibliographie

  • http://www2.mnhn.fr/crbpo/, le site du centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux.
  • http://www.mnhn.fr/mnhn/crbpo/, présentation et résultats du programme STOC.
  • http://www2.mnhn.fr/vigie-nature/, Vigie Nature, dispositif coordonné au niveau national et déployé au niveau régional de suivi de l’état de santé de la nature ordinaire à travers des groupes indicateurs de biodiversité (oiseaux, papillons, chauve-souris, et bientôt plantes et amphibiens), s’appuyant sur les réseaux naturalistes volontaires.

Vigie nature propose des protocoles simples et rigoureux, adaptés à un grand nombre d’observateurs, adossés à des plans d’échantillonnage permettant d’extrapoler les observations à l’ensemble d’unerégion. La coordination au niveau national repose sur une équipe scientifique composée d’experts en
France et en Europe pour l’étude des impacts des changements globaux sur la biodiversité et la conception d’indicateurs.

  • http://www.lpo.fr (Ligue pour la protection des oiseaux)
    Connaissance et protection des oiseaux, par espèce, action, site et région.
  • http://www.birdlife.org (Birdlife International)
    Conservation et connaissance des oiseaux par espèce, site et pays.

 

 

Mis à jour le 08/11/2012

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/