Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE TERRITORIAUX

Retour à la liste d'indicateurs

Le chômage

Thème : Cohésion sociale et territoriale
Orientation : Favoriser l’inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales)

 

Analyse

Le taux de chômage s’établit à 10,8 % de la population active au 1er trimestre 2013. Il est de 10,4 % en France métropolitaine début 2013 contre 8,4 % début 2009. Hors départements d’outre-mer (DOM), les taux de chômage s’échelonnent de 5,1 % à 17,9 % et les valeurs les plus élevées se situent dans le Nord et le Sud. Dans les DOM, elles peuvent atteindre jusqu’à 40 %.

Début 2013, 4 803 300 demandeurs d’emploi de catégories A, B et C (sans activité, même réduite) sont inscrits à Pôle emploi en France métropolitaine, soit 424 300 de plus que l’année précédente (+ 9,7 %). La part de ceux inscrits depuis un an ou plus atteint 39,2 % fin 2012. Ils se répartissent plutôt dans le Nord et le Centre de la France. Ainsi, le Nord cumule des taux de chômage forts et un nombre élevé de demandeurs d’emploi de longue durée. Dans le Centre du pays, les taux de chômage sont plus faibles mais les durées d’inscription à Pôle emploi plutôt longues.

L’augmentation du chômage est généralisée en France métropolitaine. La situation a empiré dans les zones déjà fortement touchées par le chômage début 2009 aux extrêmes Nord et Sud du pays.

Les zones les moins touchées par le chômage se maintiennent au sud du Massif central, à la frontière italo-suisse, en Alsace et dans le grand Ouest.

Pour en savoir plus

Source

Organismes producteur de l’indicateur : Insee, DARES
Sources de données : Taux de chômage localisé, et fichiers Nostra des demandeurs d’emploi.
Date de diffusion ou mise à jour des données mobilisées : 2013

Couverture, échelon territorial

France, par zone d'emploi 2010

Échelle temporelle

Référence temporelle : 1er trimestre 2013

Méthodologie de l'indicateur

Les séries localisées du chômage sont estimées en répartissant géographiquement les données nationales au sens du BIT issues de l’enquête Emploi :
- au prorata du nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) des catégories 1, 2 et 3 hors activité réduite pour estimer le nombre de chômeurs ;
- au prorata des estimations d’emploi au lieu de travail et des déclarations URSSAF pour estimer la population active occupée.

Note méthodologique : le taux de chômage localisé a été modifié en 2007 pour tenir compte des changements méthodologiques intervenus au niveau national et permettre la cohérence des séries locales et nationales. Les séries sont révisées depuis 1982.

Demandeurs d’emploi de catégorie A, B et C :
- catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi
- catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (78 heures ou moins au cours du mois)
- catégorie C : demandeurs  ’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures au cours du mois).

L’ancienneté d’inscription à la fin du mois m sur les listes d’un demandeur d’emploi inscrit à Pôle Emploi mesure le nombre de jours qu’il a passés sur les listes (en catégories A, B, C). Cette notion se rapporte aux effectifs de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, B et C.
Elle se distingue donc de la durée d’inscription des personnes sortantes à la fin du mois m des listes de Pôle emploi (catégories À, B, C). La durée d’inscription sur les listes mesure à la fin du mois m le nombre de jours passés sur les listes par le demandeur d’emploi qui est sorti au cours du mois m.
Du fait du mode d’enregistrement des entrées et des sorties, il n’est pas possible de calculer l’ancienneté en catégorie A (respectivement B ou C) ou la durée passée sans discontinuité dans la catégorie A (respectivement B ou C).
De manière conventionnelle, un demandeur d’emploi qui est res é inscrit plus de 12 mois sur les listes de Pôle emploi (i.e. son ancienneté sur les listes est supérieure à 1 an) peut être qualifié de demandeur d’emploi de longue durée. S’il est inscrit depuis plus de 24 mois, il est considéré comme étant demandeur d’emploi de très longue durée. 

La notion de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi est une notion différente de celle de chômeurs au sens du BIT :
Certains demandeurs d’emploi ne sont pas chômeurs au sens du BIT et inversement certains chômeurs au sens du BIT ne sont pas inscrits à Pôle emploi.
Les données relatives aux demandeurs d’emploi sont issues des fichiers administratifs de gestion de Pôle emploi. La répartition entre les diverses catégories A, B ou C s’effectue sur la base de règles juridiques portant notamment sur l’obligation de faire des actes positifs de recherche d’emploi et d’être immédiatement disponible. L’exercice d’une activité réduite est autorisé.
Pour mémoire, un chômeur au sens du BIT est une personne en âge de travailler (c'est-à-dire ayant 15 ans ou plus) qui : 1) n’a pas travaillé, ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine de référence, 2) est disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours et 3) a cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en a trouvé un qui commence dans les trois moi   Seule une enquête statistique peut vérifier si ces critères sont remplis. En France, il s’agit de l’enquête Emploi de l’Insee. Alors que le chômage au sens du BIT constitue un indicateur de référence pour l’analyse des évolutions du marché du travail, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi peut être affecté par d’autres facteurs : modifications du suivi et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, comportements d’inscription des demandeurs d’emploi…
L’Insee publie chaque trimestre les indicateurs de référence pour le chômage au sens du BIT (rapport entre le nombre de chômeurs et le nombre de personnes actives – en emploi ou au chômage) à partir des résultats trimestriels de son enquête Emploi pour la France métropolitaine. Les dernières estimations de l’Insee sont disponibles sur son site Internet. 

Liens

Mis à jour le 05/11/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/