Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX 2010-2013

Retour à la liste d'indicateurs

Connaissance par les ménages de la notion de développement durable

Défi 2 «Société de la connaissance»

Indicateur phare 2.2.4

Au cours des dernières années, l’appropriation par les Français de la notion de développement durable a significativement progressé. En 2013, un peu plus d’une personne sur deux déclare avoir une idée précise de ce que signifie cette expression.

Enjeux

« Écologie », « protection de l’environnement », « biodiversité », « consommation responsable », concepts et appellations se sont multipliés ces dernières années, signe de l’intérêt croissant de notre société pour un modèle de croissance revisité. En 1987, le rapport Brundtland définissait la notion de développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Depuis, si ce concept s’est progressivement imposé dans l’espace public, cela ne présuppose pas qu‘il soit réellement évocateur pour les Français. Un travail régulier de mesure de l’opinion sur ce sujet s’impose donc pour connaître la perception de cette notion par les ménages.


Analyse

Alors qu’en 2004, seul un tiers de la population déclarait avoir une idée précise de ce qu’était le développement durable, on observe que plus d’une personne sur deux affirme désormais avoir une idée précise de ce dont il s’agit. L’appropriation de la notion reste toutefois inégalement partagée et stagne globalement depuis deux ans. Un contraste important persiste entre les moins de 60 ans pour lesquels le développement durable est un terme évocateur, et les catégories plus âgées chez lesquelles des incertitudes subsistent. De même, on constate que la connaissance de cette notion est étroitement liée au niveau de diplôme et, par extension, aux revenus des ménages. Ainsi, tandis que 77 % des diplômés du supérieur déclarent avoir une idée précise de la notion de développement durable, seules 21 % des personnes non diplômées sont dans le même cas. Des décalages similaires s’observent par ailleurs quant à la perception des différentes dimensions (environnementale, économique et sociale) du développement durable.
De manière générale, il apparaît que l’intégration progressive de ces trois aspects se poursuit chez tous les groupes sociaux, avec la protection de l’environnement qui continue d’être considérée comme le principal enjeu du développement durable.

Pour en savoir plus

  • www.ademe.fr
    Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
  • www.credoc.fr
    Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/