Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX 2010-2013

Retour à la liste d'indicateurs

Participation des femmes aux instances de gouvernance

Défi 3  « Gouvernance »

Indicateur phare 3.1.1

La participation des femmes aux instances de gouvernance progresse mais elle reste encore faible.

Champ : Cadres du privé et du semi public travaillant à temps complet. Salariés en équivalent-temps plein (EQTP) des secteurs marchands non agricoles ; Fonction publique de l’Etat. Emplois principaux, effectifs physiques au 31/12, France.
Note : Rupture de série entre 2007 et 2008 pour les cadres du privé du fait d’un changement de codage de la profession salariée dans les Déclarations annuelles de données sociales ( DADS)


Enjeux

Viser une amélioration de la parité hommes-femmes dans les fonctions électives nationales et les emplois décisionnels de la fonction publique ou du secteur privé est une façon d’aider la société à évoluer en mobilisant  toutes les compétences.
L’indicateur principal sur la part des sénatrices dans l’ensemble des élus au Sénat donne une information régulière (triennale) dépendant des fonctionnements de l’ensemble de la société et non pas directement des lois sur la parité dans les mandats électoraux promulguées depuis 2000 (élections municipales pour les communes de plus de 3500 habitants, élections régionales et européennes).


Analyse

En 2011, 21,8 % des élus au Sénat sont des femmes contre 5,9 % en 1998 et 1,7 % en 1977. Favorisée par les dispositions de la loi du 10 juillet 2000, cette augmentation reste nettement en retrait du pourcentage de femmes candidates (42 %) et de leur poids dans le corps électoral (53 %). En 2012, 26,9 % des députés sont des femmes.
Dans les emplois d’encadrement dirigeant de la fonction publique de l’État, la part des femmes atteint 26 % en 2011 (21 % en 2004) mais reste encore faible au regard de leur poids parmi les cadres supérieurs (40 %) et surtout parmi les cadres (60 %, y compris enseignants). Elle est légèrement supérieure à celle des femmes cadres dirigeantes dans le privé (15 % en 2004, 20 % en 2011).
Dans le rapport mondial sur le développement humain du PNUD, la France est classée en 2012 au 9ème rang pour l’indice des inégalités de genre, derrière les pays nordiques. Il s’agit d’un indice synthétique avec les défauts inhérents à ce genre d’indice, qui reflète les désavantages des femmes en matière de santé génésique, d’autonomisation et de marché du travail.

Pour en savoir plus


Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/