vers le site web du ministère Accès rapides :
> Recherche avancée

Ministère de l’Écologie, du Développement Durable
et de l'Énergie

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX

Retour à la liste d'indicateurs

Émissions agrégées des six gaz à effet de serre

Défi 4 « Changement climatique et énergie »

Indicateur phare 4.1.1


Entre 1990 et 2011, les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la France ont diminué de 12,7 %, allant ainsi largement au-delà de l’objectif de stabilisation fixé par le protocole de Kyoto. L’année 2011 est marquée par une chute de l’ensemble de ces émissions de 5,6 %, en partie en raison de la douceur exceptionnelle du climat : les émissions de CO2 liées à la combustion d’énergie ont reculé en raison d’un besoin plus faible de chauffage. Ce recul concerne plus particulièrement les émissions de CO2 du secteur du résidentiel-tertiaire (- 14,4 %) et de l’industrie de l’énergie (- 13,5 %).

Émissions agrégées des 6 gaz à effet de serre

Note : Émissions totales hors utilisation des terres, leurs changements et la forêt. Les émissions du trafic maritime et aérien international sont exclues.

Enjeux
La lutte contre le changement climatique est un enjeu planétaire majeur. Dans le cadre du protocole de Kyoto, l’Union européenne à 15 (UE-15) s’est engagée à réduire ses émissions de 8 % à l’horizon 2008-2012 par rapport à 1990 ; l’objectif pour la France est la stabilisation de ses émissions, du fait de son niveau relativement faible initial d’émissions par habitant. À l’horizon 2020, dans le cadre du « paquet énergie climat », l’Union européenne à 27 (UE-27) s’est engagée à diminuer ses émissions de 20 % par rapport à 1990. La France y contribue et s’est notamment engagée à diminuer ses émissions de 14 % (hors SCEQE : système communautaire d'échange de quotas d'émission) entre 2005 et 2020, et à diviser par quatre ses émissions à l’horizon 2050.

Analyse
L’inventaire de la France montre une chute des émissions du « panier Kyoto » de 5,6 % en 2011 par rapport à 2010, mesurées en pouvoir de réchauffement global. Elles sont ainsi inférieures de 12,7 % à leur niveau de 1990.
Sont comptabilisés ici les GES émis sur le territoire national. Cette approche territoriale se distingue de celle de type « empreinte » qui évalue les émissions dues à la demande intérieure d’un pays (émissions territoriales et celles liées aux produits importés, hors émissions dues à la fabrication des produits exportés).
L'évolution des émissions est variable selon les gaz à effet de serre. Les émissions de CO2, qui constituent 74 % des émissions totales en 2011, sont en retrait de 9,8 % depuis 1990 et de 7,4 % par rapport à 2010, en partie en raison des températures plus douces. Cette baisse a concerné plus particulièrement le secteur résidentiel-tertiaire (- 14,4 %) et celui de l’industrie de l’énergie (- 13,5 %), dont les émissions de CO2 liées à la combustion d’énergie sont très sensibles au climat.
Les émissions de protoxyde d’azote (N2O, 12 % des émissions) diminuent d’un tiers depuis 1990, en raison de la baisse des émissions de l’industrie chimique. Les émissions de méthane (CH4, 11 % des émissions) ont baissé de 13 %, du fait notamment à la fermeture des mines de charbon et au recul de l'activité d'élevage de ruminants. Cependant, l’utilisation accrue des gaz fluorés dans les systèmes de froid explique la forte augmentation des émissions associées (+ 67 %).
Au sein de l’UE-15, les émissions de GES ont diminué de 14,7 % entre 1990 et 2011, dépassant ainsi l’objectif du protocole de Kyoto ( 8 %). Au cours de la même période, les émissions de l’UE-27 ont chuté de 18,4 %.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/