vers le site web du ministère Accès rapides :
> Recherche avancée

Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX

Retour à la liste d'indicateurs

Énergies renouvelables

Défi 4 « Changement climatique et énergies »

Indicateur phare 4.1.3

La part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie atteint 13,7 % en 2012, soit une progression de 4,4 points depuis 2005. La loi du 3 août 2009 a fixé un objectif de 23 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie d’ici 2020, en conformité avec la directive européenne de 2009.

Part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie

Note : Consommation finale brute d’énergie : consommation des utilisateurs finals (y compris pertes des réseaux). Toutes les données ont été comptabilisées selon le mode de calcul défini par la directive EnR 2009/28/CE.
(1) Solaire photovoltaïque, énergies marines, géothermie électrique, électricité biomasse (bois-énergie, biogaz, déchets incinérés, bagasse).
(2) Solaire thermique, géothermie, biogaz, déchets agricoles et agroalimentaires.
(3)  Par convention, on estime que 50 % des déchets incinérés sont d’origine renouvelable (seule la partie biodégradable des déchets urbains est considérée comme renouvelable)
p = données provisoires.

Enjeux
Les énergies renouvelables n’utilisent pas le stock de ressources naturelles épuisables. Elles présentent l’avantage, par rapport aux combustibles fossiles, de ne pas émettre de gaz à effet de serre lors de la production ou de l’utilisation d’énergie (solaire, éolienne, hydraulique) ou bien, dans le cas de la biomasse, d’avoir un bilan nul (on considère que le CO2 dégagé lors de la combustion est égal à celui absorbé durant la croissance de la végétation). Les énergies renouvelables contribuent ainsi à la diversification et à la sécurité d’approvisionnement en énergie et leur développement constitue l’une des voies privilégiées pour lutter contre le changement climatique. La loi du 3 août 2009 a fixé un objectif de 23 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie d’ici 2020, en conformité avec la directive européenne de 2009 relative aux énergies renouvelables.

Analyse
En 2012, la consommation finale d’énergie d’origine renouvelable s’élève en France à 22 millions de tonnes-équivalent pétrole, principalement du fait du bois-énergie (43 %) et de l’hydroélectricité (25 %). La part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie en France s’élève à 13,7 % en 2012. Plus du tiers de la progression observée depuis 2005 (+ 4,4 points) provient de l’accroissement des biocarburants. La production thermique progresse modérément sous l’effet notamment des pompes à chaleur et du bois-énergie. Bien que pénalisée par la légère diminution de la production hydraulique, la production électrique connaît elle aussi une progression relativement faible mais régulière à la faveur des fortes croissances des productions éolienne et photovoltaïque.
Dans l’UE à 27 pays, les énergies renouvelables couvraient 13 % de la consommation finale brute énergétique en 2011, l’objectif étant d’atteindre 20 % à l’horizon 2020.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/