Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX 2010-2013

Retour à la liste d'indicateurs

Consommation d’énergie des transports et PIB

Défi 5 « Transport et mobilité durables »

Indicateur phare 5.1.1


Jusqu’en 1999, la consommation d’énergie des transports a suivi de près la croissance du PIB. Depuis, elle progresse plus lentement. Hors biocarburants, cette consommation est revenue en 2012 à son niveau de 2001.

Consommation d’énergie des transports et PIB

Enjeux
La Stratégie nationale de développement durable, comme celle de l’UE, met en exergue la nécessité de parvenir à un découplage entre le développement économique et l’augmentation des flux de transports afin de minimiser les atteintes à l’environnement. Cela implique notamment le choix de modes de transports et des pratiques de mobilité plus économes en énergie et respectueux de l’environnement.

Analyse
Jusqu’en 1999, la consommation d’énergie des transports a suivi de près la croissance du PIB. Depuis 2000, elle progresse plus lentement. Cela est dû principalement à la plus grande sobriété du parc de véhicules, liée au durcissement des normes et à l'introduction de dispositifs incitatifs (prime à la casse, bonus malus). La hausse du prix des carburants et un meilleur respect des limitations de vitesse y ont également contribué.
Après avoir fortement progressé entre 2005 et 2009 en raison du relèvement régulier du taux règlementaire d’incorporation des biocarburants (7 % en 2012 pour l'essence), la consommation de biocarburants augmente plus lentement aujourd’hui. Les énergies renouvelables représentent 5,5 % de la consommation d'énergie des transports en 2012, contre 5,0 % en 2009 et 0,8 % en 2005.
En 2011, la part modale de la voiture dans le transport intérieur de voyageurs est de 83 % mais cette proportion tend à diminuer légèrement depuis 1995. En parallèle, la part des transports en commun ferroviaires augmente.
Pour le transport de marchandises, la part modale du non routier (ferroviaire et fluvial) s’élève à 11,7 % en 2011. La loi du 3 août 2009 fixe pour objectif d’augmenter cette part d’un quart entre 2006 et 2012. Cependant, celle-ci a reculé de près d'un point entre 2006 et 2011.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/