Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX 2010-2013

Retour à la liste d'indicateurs

Indice d’abondance des populations d’oiseaux communs

Défi 6 « Conservation et gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles »

Indicateur phare 6.1.1


Les effectifs des oiseaux communs ont baissé au cours des années 90. Durant la dernière décennie, ils continuent de baisser pour les espèces spécialistes des milieux agricoles mais semblent se stabiliser pour les espèces spécialistes des milieux forestiers et bâtis. Les espèces généralistes s’adaptent mieux et progressent globalement. Cette évolution, si elle se confirmait, menacerait la diversité de la faune aviaire.

Indice d’abondance des populations d’oiseaux communs, par type de milieu fréquenté

Enjeux
Conformément à ses engagements internationaux, la France s’est dotée dès 2004 d’une stratégie nationale pour la biodiversité, dont la finalité générale était de stopper la perte de biodiversité entre 2004 et 2010. Cette stratégie a été renouvelée pour la période 2011-2020 et constitue le volet « biodiversité » de la SNDD.
La France possède, avec l’Espagne, l’avifaune la plus variée d’Europe. Le suivi de l’évolution des oiseaux communs sur l’ensemble du territoire constitue un bon marqueur des pressions opérées sur les milieux.

Analyse
Entre 1989 et 2012, les populations d’oiseaux communs, espèces présentes de façon courante sur le territoire, connaissent globalement un déclin, avec une baisse de 12 % de leurs effectifs. Cependant, la situation varie selon les espèces considérées. La tendance d’évolution pour les 75 espèces suivies est marquée par le déclin des espèces des milieux agricoles (-30 %), des espèces des milieux bâtis (-17 %) et dans une moindre mesure, de celles des milieux forestiers (-5%). Si les causes de ce déclin sont multiples, la dégradation ou la perte des habitats demeure la principale menace.
Durant la dernière décennie, malgré certaines fluctuations, les effectifs semblent se stabiliser pour les espèces spécialistes des milieux forestiers et bâtis. Ceux des milieux agricoles par contre, continuent de baisser. Les niveaux atteints sont bas, sensiblement inférieurs à ceux de 1990, et probablement très inférieurs à ceux des années 1970 si l’on se réfère aux tendances observées au niveau européen. Les espèces généralistes présentent quant à elles des effectifs en nette hausse ces dix dernières années (+26%). Ces tendances, si elles se confirment, pourraient illustrer un phénomène d’homogénéisation de la faune aviaire, les communautés d’oiseaux s’uniformisant vers des compositions d’espèces peu spécialisées, présentes partout. Les mêmes tendances sont observées en Europe.  L’action de l’UE pour préserver la biodiversité se fonde en priorité sur les directives « Oiseaux » et « Habitats-faune-flore ». L’ensemble des sites désignés au titre de ces deux directives constitue le réseau « Natura 2000 ». Ce réseau couvre 17,5 % du territoire terrestre de l’UE-27.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/