Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX 2010-2013

Retour à la liste d'indicateurs

Renoncement aux soins pour raisons financières

Défi 7 « Santé publique, prévention et gestion des risques »

Indicateur complémentaire 7.2.3

En 2010, 16,2 % de la population métropolitaine âgée de 18 à 64 ans déclare avoir renoncé à des soins pour des raisons financières au cours des douze derniers mois. C’est le cas de 32,6 % des individus non couverts par une assurance-maladie complémentaire (AMC). A structures d’âges et sexes comparables, les bénéficiaires de la CMU Complémentaire (CMU-C) sont 20,4 % à renoncer, quand ceux protégés par une couverture privée sont 14,7 %. L’écart entre ces deux taux semble se stabiliser entre 5 et 7 points depuis la mise en place de la CMU-C en 2000.

Champ : Personnes âgées de 18 à 64 ans, en ménage ordinaire, en France métropolitaine. Les taux sont standardisés sur la structure par âge et par sexe de la population générale.
Note : une modification du questionnement entre 2002 et 2004 ne permet pas d'interpréter l'évolution entre ces deux dates. A partir de 2006, un sur échantillonnage dans l’enquête des bénéficiaires de la CMUC induit une rupture dans la série écart CMUC/couverture privée.

 


Enjeux

L’enjeu est d’assurer l’accès à des soins de qualité pour tous, notamment des plus défavorisés et des plus vulnérables. L’indicateur retenu permet de mesurer l’inégalité d’accès aux soins entre la grande majorité de la population (89,5 %) qui possède une couverture privée et la fraction de la population bénéficiant de la CMU-C (5,7 %) marquée par un niveau de vie modeste et des caractéristiques sociales pouvant influencer le recours aux soins (surreprésentation des Professions et catégories socio-professionnelles (PCS) défavorisées et des familles monoparentales).


Analyse

En 2010, 16,2 % de la population métropolitaine âgée de 18 à 64 ans déclare avoir renoncé à certains soins pour des raisons financières au cours des 12 derniers mois. L’absence de couverture par une complémentaire maladie est le principal facteur lié au renoncement : 33 % des personnes non couvertes déclarent avoir renoncé, contre 20 % des bénéficiaires de la CMU-C et 15 % pour les bénéficiaires d’une complémentaire privée.

L’écart entre le taux de renoncement aux soins des bénéficiaires de la CMU-C et celui des bénéficiaires d’une assurance complémentaire privée âgés de 18 à 64 ans est de 5,7 points en 2010 (après standardisation des taux sur la structure par âge et par sexe). Après une très forte diminution entre 2000 et 2002, à la suite de la mise en place de la CMU-C, cet écart semble se stabiliser sur la période 2002-2010 à un niveau plus faible - de l’ordre de 5 à 7 points selon les années. La persistance de cet écart s’explique par les caractéristiques socio-économiques (faibles revenus, chômage fréquent, surreprésentation des ouvriers et des employés) et démographiques (surreprésentation des familles monoparentales) des bénéficiaires de la CMU-C.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/