Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX 2010-2013

Retour à la liste d'indicateurs

Pauvreté en conditions de vie

Défi 8 « Démographie, immigration, inclusion sociale »

Indicateur complémentaire 8.2.2

La pauvreté en conditions de vie concerne 11,9 % des ménages en 2012. Au total 13,7 % des ménages déclarent une ou plusieurs insuffisances de ressources, 11,8 % disent connaître des restrictions de consommation, 8,5 % des retards de paiement, et 6,9 % indiquent de mauvaises conditions de logement. Les familles monoparentales, les couples avec trois enfants ou plus, les ménages dont la personne de référence est jeune ou au chômage sont les catégories les plus exposées à ce type de privations.


Enjeux

La pauvreté en conditions de vie, appelée également material privation (privation matérielle), complète de manière spécifique l’appréhension de la pauvreté monétaire. Elle mesure la proportion de ménages qui déclarent connaitre au moins huit restrictions parmi les 27 répertoriées conventionnellement. Ces restrictions sont regroupées en 4 domaines : consommation, insuffisance de ressources, retards de paiement, difficultés de logement. Elles nuisent à la cohésion sociale ou vont à l’encontre de l’accès à des services essentiels ou à une égalité des chances. Sa réduction vise à une amélioration des conditions de vie des plus démunis.


Analyse

L'année 2012 marque un nouveau recul et l’indicateur de pauvreté en conditions de vie s'établit à 11,9 % des ménages métropolitains. La part des ménages devant faire face à des problèmes de logement est orientée à la baisse depuis l’origine de la série et concerne 6,9 % des ménages. La fraction des ménages déclarant faire face à une certaine insuffisance de ressources est en légère baisse depuis 2010 et s’établit à 13,7 %, niveau proche de sa moyenne depuis 2004. Celle des ménages pâtissant de restrictions de consommation fléchit à 11,8 %. La proportion des ménages indiquant des retards de paiement avait connu une forte augmentation en 2009 ; depuis, elle diminue et atteint 8,5 % en 2012. Les baisses observées de la pauvreté en conditions de vie sur la période 1997-2004, puis 2004-2012, proviennent de la progression des standards de confort et d’équipement des logements et, sur les deux dernières années, d’un possible effet d’adaptation des ménages aux situations difficiles.
La pauvreté en conditions de vie affecte davantage les familles monoparentales (27,2 % d’entre elles en 2012) et les couples avec trois enfants (17,2 % d'entre eux). En 2012, elle continue de concerner davantage les ménages dont la personne de référence a entre 30 et 44 ans (15,8 % de personnes de référence sont privées matériellement), âge où il faut relever que les familles monoparentales sont aussi plus nombreuses. L’emploi n’est pas une garantie absolue pour échapper à cette situation (11,6 % des personnes en emploi sont pauvres en conditions de vie), mais le chômage augmente le risque de façon considérable : 4 chômeurs sur dix sont dans ce cas.

 

Pour en savoir plus

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/