Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE NATIONAUX 2010-2013

Retour à la liste d'indicateurs

Part des importations dans le besoin en matières de l’économie, et flux indirects mobilisés par les importations

Défi 9 « Défis internationaux en matière de développement durable et pauvreté dans le monde »

Indicateur complémentaire 9.2.1

En 2011, les importations permettent d’assurer 35 % du besoin apparent en matières de l’économie, soit 7 points de plus qu’en 1990. Elles mobilisent aussi d’autres ressources à l’étranger appelées « flux indirects », nécessaires à leur fabrication ou à leur transport. Tous matériaux confondus, l’importation d’1 kg de matières et de produits génère environ 4 kg de flux indirects à l’étranger. Les pressions environnementales liées à notre consommation sont ainsi davantage supportées par les pays étrangers.



Enjeux

Au niveau mondial, les pressions sur les ressources – qu’elles soient renouvelables comme les forêts et les ressources agricoles, ou non renouvelables telles que le pétrole ou les métaux se sont accrues ces dernières années. Les différentes phases de production et de consommation de ressources génèrent des impacts environnementaux variés : destructions de terres fertiles ou  défrichements de forêts, atteintes aux habitats naturels, dégradations des paysages, émissions de polluants dans l’air ou encore production de déchets. Dans le cas des importations, ces pressions et impacts s’exercent d’abord à l’étranger. Dans un contexte d’économie mondialisée, une approche intégrant la dimension globale au moyen d’indicateurs de consommation des ressources, y compris les flux indirects, apparaît nécessaire.

Analyse

Toutes catégories de ressources confondues, les importations permettent d’assurer 35 % du besoin apparent en matières de l’économie en 2011, contre 28 % en 1990. En particulier, la dépendance aux importations pour les minerais métalliques et produits dérivés est aujourd’hui devenue quasi-totale. Les pressions environnementales liées à notre consommation sont ainsi davantage exercées dans les pays étrangers. 
De plus, les importations ont évolué vers des produits plus transformés, générant davantage de flux indirects associés. La prise en compte des flux indirects associés porte le total des matières mobilisées par les importations à environ 1600 millions de tonnes, soit près de 5 fois plus que les matières et produits importés comptabilisés aux frontières du territoire : tous matériaux confondus, l’importation d’1 kg de matières et produits génère environ 4 kg de flux indirects à l’étranger.
 
Pour en savoir plus

Mis à jour le 18/03/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/