Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Environnement

DONNÉES DE SYNTHÈSE SUR LA BIODIVERSITÉ

Retour à la liste d'indicateurs

Les ongulés de montagne

À retenir

Les espèces d’ongulés inféodés au milieu montagnard sont principalement représentées par le Chamois, l’Isard, le Mouflon méditerranéen et de Corse et le Bouquetin des Alpes. Ces espèces ont toutes fait l’objet de lâchers depuis plus de 30 ans. La population de Chamois dépasserait les 100 000 individus, tandis que les Isards sont estimés à 30 000 et le Mouflon à 19 500. Le nombre de Bouquetins des Alpes est moins élevé, de l’ordre de 9 000 animaux. Les populations de toutes ces espèces sont en augmentation dans les massifs montagneux des Alpes et des Pyrénées.

Contexte

Le chamois (Rupicapra rupicapra rupicapra) et l’isard (Rupicapra pyrenaïca pyrenaïca) sont des espèces très proches, mais leur répartition géographique diffère. Le chamois est présent surtout dans les Alpes (Hautes-Alpes, Savoie, Isère et Alpes maritimes), mais aussi dans le Jura, les Vosges et les monts d’Auvergne. L'isard est quant à lui uniquement présent dans les Pyrénées, principalement dans les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées Orientales et l’Ariège.
Le mouflon méditerranéen (Ovis gmelini musimon x Ovis sp.) a été introduit en France dans le Mercantour en 1949. Son aire de répartition est désormais plus large, il se concentre essentiellement dans les départements de montagne du sud de la France, mais est également présent dans les Ardennes, la Somme et la Dordogne suite à d’autres introductions locales.
Outre en Corse, le mouflon de Corse (Ovis gmelini musimon var.corsicana) est aussi répertorié dans les Pyrénées et les Alpes suite à des lâchers.
Deux-tiers des effectifs du bouquetin des Alpes (Capra ibex ibex) sont recensés en Savoie et Haute-Savoie.
Ces espèces ont toutes fait l’objet de lâchers, dans les Pyrénées pour l’isard, dans les Alpes pour le chamois, le mouflon et le bouquetin, dans un objectif de réintroduction de populations ou de renforcement des colonies existantes notamment à des fins cynégétiques. On parle de réintroductions uniquement lorsque les opérations d’introductions d’individus s’opèrent dans un territoire où l’espèce n’est plus présente, ayant disparu ou ayant été éliminée.    

Carte : répartition en France du chamois, de l’isard, du mouflon et du bouquetin en 2010

Graphique : population de chamois, isards, mouflons et bouquetins

Au niveau national, le chamois des Alpes, l’isard des Pyrénées, le mouflon (de Corse et méditerranéen) ont le statut d’ "espèce de gibier dont la chasse est autorisée".

Commentaire

Le chamois présente les effectifs les plus importants avec une population estimée au minimum à 103 350 individus en 2010. L’augmentation a été très forte de 1994 à 2005 (+ 75 %) mais nettement plus faible entre 2005 et 2010 (+ 6 %). La population continue de progresser, même si en parallèle les attributions de quotas de chasse ont été multipliées par 3 au cours de la période 1990-2012, passant de 5 000 à 15 000 animaux. L’aire de répartition du chamois couvre plus de 21 000 km², dont 19 000 km² dans la chaîne des Alpes. Parmi les 263 zones de présence inventoriées en 2010, 83 % ont une origine naturelle, 12 % ont fait l’objet d’un renforcement de la population naturelle initiale par des lâchers d’animaux et les 5 % restantes correspondent à des secteurs où des populations ont été introduites.

Graphique : tableau de chasse du chamois

La population de mouflon est estimée à 19 500 individus, les effectifs ayant été multipliés par trois depuis 1988. Les attributions de quotas de chasse ont été multipliées par presque 4 au cours de la période 1990-2012, atteignant 4 500 individus. Les populations de Mouflon méditerranéen sont issues d’introductions directes particulièrement pour la chasse, seules quelques-unes se sont constituées par essaimage d’une colonie introduite. Graphique : tableau de chasse du mouflon


Avec 31 560 individus, l’isard présente quant à lui une progression moins importante entre 1994 et 2010 (26 %), même s’il existe des disparités entre les différentes populations. Entre 1988 et 2010, les effectifs estimés de la population ont toutefois doublé. Les quotas de chasse ont progressé de 1990 à 1995, puis les attributions ont varié autour des 3 000 individus avec 3 660 individus en 2012. Parmi les 51 zones de présence inventoriées en 2010, 78 % ont une origine naturelle, 8 % ont fait l’objet d’un renforcement des populations initiales par lâchers d’animaux et les 6 % restantes correspondent à des secteurs de réintroduction. Cette espèce n’a jamais fait l’objet de tentative d’introduction hors de son aire de distribution historique, contrairement au chamois des Alpes.

Graphique : tableau de chasse de l'isard

Concernant le bouquetin dans les Alpes, la restauration de l’espèce, qui est protégée, a débuté dans les années 1960 par la mise en place de territoires protégés, puis par la réalisation d’opérations de réintroduction. Ainsi, le Parc national de la Vanoise, premier parc national français, a été créé en 1963 pour la protection de cette espèce. A partir des quelques dizaines d’individus présents dans le massif de la Vanoise en 1960, la population a atteint, grâce aux réintroductions, 1 650 animaux en 1986 puis 4 300 en 1995 et enfin plus de 9 000 animaux en 2010 répartis en 33 populations distinctes. Cette évolution rapide des effectifs s’est traduite par un élargissement de l’aire de répartition de l’espèc

Méthodologie
Le suivi de la progression numérique et spatiale de chaque espèce est assuré par le réseau « ongulés sauvages », fruit d’un partenariat entre l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs) et les FDC (Fédérations Départementales des Chasseurs). Les tableaux de chasse permettent de suivre la progression des effectifs des espèces.

En savoir plus

  • http://www.oncfs.gouv.fr (Office national de la chasse et de la faune sauvage - Présentation des espèces et du réseau Ongulés sauvages)

Mis à jour le 25/07/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/