Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Environnement

DONNÉES DE SYNTHÈSE SUR LA BIODIVERSITÉ

Retour à la liste d'indicateurs

Sensibilité aux questions relatives à la biodiversité

À retenir

En 2013, la disparition de certaines espèces végétales et animales reste la troisième préoccupation environnementale des Français, même si elle régresse de trois points par rapport à 2011. Désormais devancée par le changement climatique et les catastrophes naturelles, la biodiversité est un sujet qui mobilise principalement un public assez jeune. On remarque en revanche que les Français n’envisagent pas vraiment d’agir concrètement pour remédier à ce problème.

Contexte

Pour connaître l’intérêt que portent les individus à la sauvegarde de la faune et de la flore, le SDES demande dans une enquête par questionnaire comment ils classent ce sujet parmi un certain nombre de problèmes environnementaux. Cette démarche permet ainsi de suivre l’évolution du rang et du poids relatif occupé par la biodiversité dans les préoccupations et attentes des Français.

Commentaire

Entre 2011 et 2013, la hiérarchie des préoccupations environnementales des Français a été bousculée au profit des risques naturels (+ 11 points). En haut du classement, le changement climatique et les catastrophes naturelles devancent la biodiversité et relèguent les pollutions aquatiques et atmosphériques en quatrième et cinquième position (- 17 points). Au troisième rang des préoccupations environnementales depuis 2009, la question de la disparition de certaines espèces végétales ou animales perd toutefois trois points au cours des deux dernières années. Cette préoccupation à l’égard de la biodiversité est plus marquée chez les jeunes générations. On observe ainsi qu’un tiers des moins de 25 ans exprime une forme d’inquiétude vis-à-vis des menaces qui pèsent sur la faune et la flore. A l’inverse, cette thématique environnementale n’arrive qu’en cinquième position (20%), loin derrière la pollution de l’air, chez les personnes âgées de 70 ans et plus.

Parmi les problèmes suivants liés à la dégradation de l’environnement, quels sont les deux qui vous paraissent les plus préoccupants ?

Quand on interroge les Français sur les deux actions que l’État doit mener en priorité pour protéger l’environnement, ils ne sont que 18% à choisir la sauvegarde des plantes et des animaux. Nettement devancée par la lutte contre le changement climatique, la pollution des milieux aquatiques et atmosphériques ou les risques nucléaires, la question de la biodiversité n’arrive qu’en septième position et continue de subir une érosion dans l’opinion. Là encore, on constate que les enquêtés de moins de 25 ans se montrent plus soucieux de sauvegarder la faune et la flore (26%). Les personnes de 60 ans et plus ne sont en effet que 14% à considérer que ce sujet doit être traité prioritairement dans le cadre de l’action publique environnementale.

Quelles sont, selon vous, les deux actions que l'Etat doit mener en priorité dans le domaine de la protection de l'environnement ?

Quand il s’agit d’entreprendre une action individuelle dans le domaine de la protection de l’environnement, c’est avant tout au tri des déchets que pensent les Français. Faute d’un encouragement institutionnel équivalent à celui qui existe en matière de gestion des déchets domestiques, la sauvegarde des plantes et des animaux reste ainsi très peu évoquée.

Pour protéger l'environnement, à laquelle de ces actions croyez-vous pouvoir, individuellement, contribuer le plus ?

Méthodologie

Ces questions sont intégrées pour le compte du SDES dans l’enquête « Conditions de vie et Aspirations des Français » réalisée par le Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie (CREDOC). L’enquête a été réalisée, en face-à-face au début de l’année 2013, auprès d’un échantillon représentatif de 2000 individus âgés de 18 ans et plus, sélectionnés selon la méthode des quotas. Ces quotas   région, taille d’agglomération, âge, sexe, PCS (professions-catégories sociales)   ont été calculés d’après le dernier recensement général de la population. Un redressement a été effectué pour assurer la représentativité par à rapport à la population nationale de 18 ans et plus.


En savoir plus

Mis à jour le 12/09/2013

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/