Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Chiffres clés de l'environnement

PARTIE 2 - GESTION ET UTILISATION DES RESSOURCES NATURELLES

Retour à la liste d'indicateurs

Artificialisation des sols

Évolution de l’indicateur

Les espaces artificialisés occupent 51 603 km2 en 2015, soit 9,4 % du territoire métropolitain. Leur expansion est plus rapide que l’augmentation de la population, caractéristique principale de l’étalement urbain. Ils se sont étendus de 1,4 % en moyenne par an de 2006 à 2015, tandis que la population métropolitaine progressait de 0,5 % par an sur la même période. Cette tendance est similaire à celle observée sur la période 1992-2013 (augmentation annuelle moyenne de 1,5% sur la période 1992 – 2013). Les sols ainsi consommés sont des terres agricoles ou des milieux naturels.

 Evolution des surfaces artificialisées et de la population

Evolution des surfaces artificialisées et de la population

 
Enjeux
L’artificialisation du territoire engendre une perte de ressources naturelles et agricoles et souvent une imperméabilisation des sols. Elle s’accompagne d’une fragmentation et d’un cloisonnement des milieux naturels, défavorables à de nombreuses espèces et conduisant à la destruction des réseaux d'habitats naturels. Cet indicateur est particulièrement pertinent pour suivre l’enjeu de perte accélérée de la biodiversité. En outre, la comparaison avec la progression de la population permet d’apprécier l’ampleur de l’étalement urbain.

Analyse
Les zones artificialisées correspondent pour moins d’un cinquième à des sols bâtis (maisons, immeubles, bâtiments d’activités, etc.), pour moitié à des sols revêtus ou stabilisés (routes, parkings, etc.) et pour un tiers à d’autres espaces artificialisés (pelouses et jardins, chantiers, etc.). Elles se sont accrues de 5 916 km2 entre 2006 et 2015, majoritairement aux dépens de terres agricoles mais aussi de milieux semi-naturels. On observe depuis 2009 un léger ralentissement du rythme de cette consommation d'espace, qui est passé de + 1,9% par an entre 2006 et 2009 à + 1,1% par an de 2009 à 2015. La tendance globale observée sur la période 2006-2015 reste semblable à celle observée sur la période 1992-2003.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 11/05/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/