Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Inégalités de temps d’accès aux soins de proximité

Axe 3 - Prévenir et réduire les inégalités environnementale, sociales et territoriales

Priorité 3 - Prévenir et lutter contre les inégalités en santé environnement

La distance aux services de santé de proximité (médecins généralistes, infirmiers libéraux, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes et pharmacies), présente de fortes disparités entre territoires. En 2013, dans les territoires les moins urbanisés (moins de 25 hab/km²), 34,6 % de la population habite à plus de 7 minutes en voiture d’au moins un de ces services. La plupart des aires urbaines de plus de 500 habitants/km² disposent de ces services de santé courants sur leur territoire. 

Graph : Proportion de la population résidant à plus de 7 minutes d’au moins un service de santé de proximité, selon la densité de population du bassin de vie en 2013

Enjeux
La présence de services de santé est une condition nécessaire pour maintenir et améliorer la qualité de vie des habitants. Sur un territoire, elle contribue à l’installation de nouvelles populations, et à assurer le bien-être de celles qui en ont le plus besoin (personnes âgées, enfants…). La disparité des temps d’accès aux soins de proximité entre les territoires permet de mesurer certaines inégalités en santé-environnement.

Analyse
En France métropolitaine, en 2013, 7,2 % de la population, soit près de 4 767 000 personnes, habite à plus de 7 minutes d’au moins un équipement de soins de proximité. Les différences entre territoires sont très marquées. Les bassins de vie très urbanisés, avec une densité de population forte (plus de 500 hab/km²), sont aussi ceux où la présence d’équipements est la plus importante. La part de la population éloignée des services de soins de proximité  augmente à mesure que la densité du bassin de vie baisse. L’urbanisation n’est pas le seul facteur de différence. En effet, les territoires situés en zone montagneuse ou au sud et à l’est du Bassin parisien sont plus concernés par l’éloignement des services courants de santé. Au contraire, dans l’ouest de la France, y compris dans les bassins de vie peu urbanisés, très peu de personnes sont éloignées des équipements de soins de proximité.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 23/01/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/