Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Part des stations de mesure ayant dépassé dans l'année le seuil journalier de protection de la santé humaine pour les particules PM10

Axe 3 - Prévenir et réduire les inégalités environnementales, sociales et territoriales

Priorité 3 - Prévenir et lutter contre les inégalités en santé environnement


La part des stations de mesure ne respectant pas le seuil journalier en PM10 pour la protection de la santé humaine a diminué dans les zones regroupant des agglomérations de 50 000 à 250 000 habitants ainsi que dans les agglomérations de plus de 250 000 habitants. Ces dernières sont les plus touchées. Les dépassements sont très dépendants des conditions météorologiques.

Graphe : Pourcentage de stations de mesure ayant dépassé dans l’année le seuil journalier de protection de la santé humaine pour les particules PM10

 

 

Enjeux

Les particules dans l’air ont des effets néfastes pour la santé à court et long termes, notamment respiratoires et cardio-vasculaires ; elles ont été classées en 2013 dans la catégorie des agents cancérigènes pour l’homme. Le dépôt et la persistance de ces dernières dans l’appareil respiratoire dépendent de leur taille. Les stations de mesure de la qualité de l’air constituent un instrument de suivi de l’exposition de la population aux particules. Celles dites inhalables, les PM10, sont les plus mesurées.

Analyse

De 2007 à 2014, le pourcentage de stations de mesure dépassant le seuil journalier en PM10 pour la protection de la santé humaine a baissé dans les agglomérations de plus de 250 000 habitants ainsi que dans les zones regroupant des agglomérations de 50 000 à 250 000 habitants. Ce pourcentage est fortement influencé par la variabilité interannuelle des conditions météorologiques. Il est de 2,4 % en 2014 dans les agglomérations de plus de 250 000 habitants et de 1,6 % dans les zones regroupant des agglomérations de 50 000 à 250 000 habitants. D’après le Citepa, en 2013 au niveau national, les particules PM10 sont émises à 33 % par le résidentiel-tertiaire, à 31 % par l’industrie, à 20 % par l’agriculture-sylviculture et à 16 % par les transports. Cette répartition peut varier selon les régions et localement.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 27/04/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/