Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Évolution de la consommation finale d’énergie, son intensité et par secteurs

Axe 2 - S'engager dans l'économie circulaire et sobre en carbone

Priorité - Réorienter les modèles de production, d'échange et de consommation


La tendance de la consommation finale d’énergie en France est à la baisse depuis 2009, année de  forte baisse qui s’explique par la crise économique. Néanmoins en 40 ans, la consommation finale énergétique a augmenté de plus de 20 %. Cette augmentation est notamment due à un quasi doublement de la consommation énergétique des transports. L’intensité énergétique finale diminue depuis 20 ans. Depuis 2005, la baisse annuelle moyenne s’établit à 1,4 %.

 Graphe : Consommation finale d’énergie, par habitant et par unité de PIB (intensité énergétique finale)

Définition : l’intensité énergétique finale mesure le rapport entre la consommation finale d’énergétique, corrigée des variations climatiques, et le PIB en volume.

Graphe : Évolution de la consommation finale énergétique par secteur

Note: données corrigées des variations climatiques.

Enjeux

L’évolution de la consommation finale d’énergie permet de mesurer la tendance à évoluer vers des modes de consommation plus sobres en énergie. Les évolutions sectorielles ainsi que l’évolution de l’intensité énergétique traduisent à la fois les changements de la structure de l’économie et l’amélioration des processus de production.

Analyse

Après 15 années de hausse quasi-ininterrompue, la consommation finale énergétique a connu un premier palier entre 2003 et 2008. Puis elle a nettement baissé en 2009, conséquence de la crise économique. Depuis cette date, elle reste à un niveau proche de 150 Mtep, enregistrant une légère baisse depuis 2012.
L’intensité énergétique finale ne cesse de diminuer depuis 20 ans : il faut de moins en moins d’énergie pour produire un euro de valeur ajoutée. Cette tendance s’explique par une diminution de la part des secteurs fortement consommateurs d’énergie, et aussi par une amélioration des processus de production, principalement dans l’industrie.
Depuis les années 70, on note un recul de la part de l’industrie, dont la consommation a baissé de plus d’un tiers, et un quasi doublement de la consommation énergétique des transports. Depuis 2010, la consommation finale énergétique varie très peu, y compris pour chaque secteur. Seule l’industrie fait exception avec un repli de la consommation de près de 10 % en cinq ans. 

Pour en savoir plus

Mis à jour le 24/01/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/