Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE SUIVI DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Part de l'électricité renouvelable dans la consommation d'électricité nationale et par région

Priorité 2 - Rendre notre économie moins dépendante des ressources non renouvelables

La part de l’électricité renouvelable dans la consommation intérieure finale brute d’électricité est de 19,1 % en 2016 au niveau national, en hausse de 5,3 points depuis 2005. L’objectif fixé pour 2020 est d’atteindre 27 %. Malgré une hausse continue depuis 2005, la vitesse actuelle de progression de cet indicateur est pour l’instant insuffisante pour atteindre cet objectif.

Part de l'électricité renouvelable dans la consommation intérieure brute d'électricité

Enjeux

Cet indicateur permet de suivre la baisse de notre dépendance aux ressources non renouvelables pour produire de l’électricité. Le Plan national d’action en faveur des énergies renouvelables de 2010 a fixé une cible de 27 % en 2020, qui s’inscrit dans l’objectif plus global d’atteindre une part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute de 23 % (cf. indicateur A2.9). La loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 prévoit en outre que les sources renouvelables représentent 40 % de la production d’électricité à horizon 2030. Afin de parvenir à respecter ces objectifs, le gouvernement a notamment annoncé de nouvelles mesures de simplification en matière d’éolien, d’énergies marines, de géothermie et de méthanisation.

Analyse

La trajectoire définie par le plan national d’action de 2010 prévoyait que les sources renouvelables représentent 21,5 % de la consommation d’électricité nationale en 2016. Au-delà de la baisse tendancielle de la production hydroélectrique depuis 2005, l’écart à la trajectoire provient principalement de la filière éolienne, du fait du décalage à la fin de la décennie de la mise en service des premiers parcs offshore. Actuellement, l’électricité renouvelable provient pour deux tiers de la filière hydraulique, pour un quart de la filière éolienne et le reste se partage à proportion semblable entre la filière solaire photovoltaïque et la biomasse (bois-énergie, déchets urbains renouvelables, résidus agricoles et agroalimentaires, biogaz).

Pour en savoir plus

Mis à jour le 24/11/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/