Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Part de l'électricité d'origine renouvelable dans la consommation d'électricité nationale et par région

Axe 2 - S'engager dans l'économie circulaire et sobre en carbone

Priorité 2 - Rendre notre économie moins dépendante des ressources non renouvelables

 

La part de l’électricité renouvelable dans la consommation intérieure finale brute d’électricité s’établit à 18,9 % en 2015 au niveau national, en augmentation de 5,1 points depuis 2005. Les différences sont toutefois très marquées selon les régions compte tenu de la diversité de leurs ressources naturelles et de leur exploitation.

 Graphe : Part de l'électricité renouvelable dans la consommation intérieure brute d'électricité

Graphe : Électricité renouvelable produite par région rapportée à la consommation finale brute d’électricité régionale en 2014

Enjeux

La France s’est engagée à augmenter la part des énergies renouvelables dans sa consommation finale brute d’énergie, jusqu’à atteindre l’objectif de 23 % en 2020 (directive 2009/28/CE). Le Plan d’action national en faveur des énergies renouvelables propose une trajectoire jusqu’à 2020 pour atteindre cet objectif et le décline à la fois pour l’électricité (27 %), le chauffage et le refroidissement (33 %) ainsi que pour les carburants (10,5 %).
Cet indicateur permet de suivre la baisse de notre dépendance aux ressources non renouvelables pour produire de l’électricité.

Analyse

La production d’électricité renouvelable est passée de 57 TWh à 92 TWh (térawattheure) entre 2005 et 2015, soit une progression de 59 %. Elle provient à 61 % de la filière hydraulique, à 23 % de la filière éolienne, à 8 % de la filière solaire photovoltaïque et à 7 % de la biomasse (bois-énergie, déchets urbains renouvelables, résidus agricoles et agroalimentaires, biogaz). L’énergie marémotrice et la géothermie électrique représentent 1 % du total.
Au cours de la période 2005-2015, la part d’électricité renouvelable dans la consommation finale d’électricité progresse, passant de 13,8 % en 2005 à 18,9 % en 2015.
Le ratio entre l’électricité renouvelable produite dans une région donnée, et la consommation intérieure brute d’électricité de cette région diffère significativement selon les régions. Outre la Guyane où ce ratio culmine à près de 65 %, les régions pour lesquelles il dépasse 30 % en 2014 sont la Réunion pour l’Outre-mer, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Corse et Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la métropole. Ces régions bénéficient généralement d’une importante production hydraulique. La région Grand-Est suit avec un ratio proche de 25 %, principalement grâce à ses installations hydrauliques en Alsace et son parc éolien bien développé dans les départements champenois et lorrains. D’autres régions, positionnées à des niveaux plus modestes, comme la Bretagne, les Hauts-de-France ou les Pays de la Loire, ont récemment investi dans les énergies renouvelables, notamment l’éolien, et enregistrent des progressions importantes. L’Île-de-France se situe en dernière place de ce classement avec un ratio inférieur à 2 %.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 25/01/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/