Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE SUIVI DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Part du nucléaire dans la production d’électricité


Axe 2 - S'engager dans l'économie circulaire et sobre en carbone

Priorité - Réorienter les modèles de production, d’échange et de consommation

Evolution de l’indicateur

Depuis les années 2000, la part du nucléaire dans la production brute d’électricité tend à se stabiliser, oscillant entre 73 % et 79 %. Depuis 2015, la loi de transition énergétique pour la croissance verte encourage une action à la fois sur la réduction de la demande (sobriété et efficacité énergétique) et sur l’offre, en rééquilibrant le mix énergétique (développement d’alternatives aux combustibles fossiles et réduction de la part du nucléaire). Les premiers effets de cette loi se sont fait ressentir en 2016 et se sont accentués en 2017 pour atteindre la valeur de 71,6 %, valeur la plus basse depuis 1990.

Graphe : part de la production d'origin nucléaire dans la production totale brute d’électricité

Enjeux

L’indicateur traite la question de la dépendance de la France à l’énergie nucléaire. La loi de transition énergétique de 2015 prévoyait une baisse de la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% en 2025. Or, Nicolas Hulot a annoncé en novembre 2017 qu’ «il sera difficile de tenir ce calendrier de 2025, sauf à relancer la production d’électricité à base d’énergies fossiles» et que «si l’on veut maintenir la date de 2025 pour ramener dans le mix électrique le nucléaire à 50%, ça se fera au détriment de nos objectifs climatiques. Et ça se fera au détriment de la fermeture des centrales à charbon. Et probablement que si l’on voulait s’acharner sur cette date, il faudrait même rouvrir d’autres centrales thermiques». Aucun nouvel objectif daté n’a été annoncé depuis. 

Analyse

La production brute d’électricité d’origine nucléaire a présenté une tendance à la hausse jusqu’au début des années 2000. Elle s’est stabilisée ensuite parallèlement à la stabilisation du parc de réacteurs. Au sein de l’UE-28, depuis le début des années quatre-vingt-dix, la France représente entre 16 % et 18 % de la production totale brute d’électricité et entre 40 % et 48 % de la seule production d’électricité d’origine nucléaire. 

Pour en savoir plus

  • Document de travail n°34 (Octobre 2017) : Les indicateurs de la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable - État des lieux 2016 (http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/publications/c/documents-travail.html)

Mis à jour le 06/09/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/