Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Consommation d'espaces agricoles, naturels ou forestiers par l'artificialisation

Axe 1 - Développer des territoires durables et résilients

1.1. Préserver la capacité des territoires à fournir et à bénéficier des services écosystémiques


Les surfaces artificialisées ont augmenté de 12 % entre 2006 et 2014, sur 5 358 km² supplémentaires, au détriment des terres agricoles ou des espaces naturels et forestiers. Le solde des changements pour les terres agricoles montre une perte de 5 613 km², soit 2 % de la superficie occupée par l’agriculture. Le bilan des espaces naturels est presque équilibré permettant une superficie stable.

 

Shéma : Transferts d'occupation des sols entre terres agricoles, espaces naturels et sols artificialisés de 2006 à 2014

 

Enjeux

Les transferts de surfaces entre types d’occupation des sols permettent de savoir si l’artificialisation des sols provient davantage de terres agricoles ou d’espaces naturels. Ils permettent aussi d’appréhender les phénomènes de colonisation naturelle d’anciennes terres agricoles ou, inversement, d’extension de terres agricoles. Cet indicateur rend compte de la capacité des territoires à préserver le potentiel de la ressource en sols pour rendre des services écosystémiques ou agricoles.

Analyse

Un peu plus de la moitié des sols de France métropolitaine sont à usage agricole (51 %), devant les sols naturels ou forestiers (40 %) et les sols artificialisés (9 %). Les terres agricoles ont régressé de 2 % entre 2006 et 2014 évoluant en espaces semi-naturels sous l’effet de la déprise agricole ou en espaces artificialisés par la construction de bâtiments ou routes par exemple. La surface totale des espaces naturels est relativement stable (+ 0,1 % entre 2006 et 2014) car les terres agricoles qui redeviennent naturelles compensent les autres transferts. Les sols artificialisés connaissent la plus forte croissance nette (+ 12 % entre 2006 et 2014).

Pour en savoir plus

Mis à jour le 27/04/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/