Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Évolution des superficies boisées

Axe 1 - Développer des territoires durables et résilients

Priorité 1.1 Préserver la capacité des territoires à fournir et à bénéficier des services écosystémiques

 

En 2015, les surfaces boisées représentent 31 % du territoire métropolitain, soit 170 407 km2. Cette proportion présente une relative stabilité depuis 2006. Les surfaces de forêts occupent 28 % du territoire et montrent une légère progression sur la période 2006 - 2015 (+ 0,2 % en moyenne par an). La surface des bosquets, haies et alignements d’arbres est en revanche à la baisse sur cette même période (- 1,6 % par an en moyenne). Ces espaces boisés clairsemés ne représentent que 3 % du territoire mais assurent un rôle important en matière de continuité écologique.

Evolution des superficies boisées

Enjeux

Les espaces boisés participent au maintien de la biodiversité en abritant une faune et une flore diversifiées. Ils  fournissent des ressources naturelles renouvelables : bois d’œuvre, de chauffage, pour l’industrie papetière, etc. Ils rendent aussi de nombreux services écosystémiques comme le stockage de carbone, la régulation de l’eau ou la fixation des sols. Les espaces boisés constituent un atout pour la résilience des territoires.

Analyse

Entre 1992 et 2015, les superficies boisées en France métropolitaine se sont accrues de l’ordre de 4 %. Elles se sont stabilisées à 31 % du territoire depuis 2006. De 2006 à 2015, la forêt s’est étendue sur 2 596 km2, principalement par colonisation naturelle après abandon de certaines terres par l’agriculture. Sur la même période, les espaces boisés clairsemés (bosquets, haies, alignements d’arbres) ont perdu 2 608 km2 par maturation naturelle en devenant forêt ou par défrichement. Cela  représente une baisse de 1,6 % par an en moyenne de ces petits espaces alors qu’ils sont importants pour la biodiversité, les paysages et la protection naturelle des espaces agricoles.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 16/11/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/