Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Niveau de qualification de la population

Axe 1 -  Développer des territoires durables et résilients

Priorité 2 - Assurer la résilience des territoires

 

En France, la part des jeunes de 25 à 34 ans titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur atteint 40,8 %, plaçant la France parmi les pays les plus avancés d’Europe. Le ratio est de 31,7 % pour les 25-64 ans. La progression du niveau de qualification se poursuit : le taux de diplômés du supérieur en 2013 est en augmentation par rapport à 2008. Cependant, les disparités territoriales sont importantes entre les grands pôles urbains et les zones d'emplois plus rurales, notamment en fonction de la nature des emplois proposés.

Graphe : Taux de diplômés de l’enseignement supérieur en 2008 et 2013 selon la tranche d’âge et par taille de zone d’emploi

Enjeux

L'indicateur relatif à la part des diplômés de l’enseignement supérieur dans la population en âge de travailler (et plus spécifiquement parmi les jeunes) permet de suivre le développement des compétences, qualifications, aptitudes des individus, qui constituent des atouts pour faire face aux défis économiques, environnementaux et sociaux.

Analyse

Autour des grandes agglomérations attractives et dotées d’une offre de formation diversifiée, les taux de diplômés du supérieur sont les plus élevés. En 2013, 50,4 % des 25-34 ans et 42,4 % des 25-64 ans sont diplômés du supérieur dans les zones d’emploi de plus de 500 000 habitants. Ces territoires concentrent aussi les emplois les plus qualifiés (cadres ou professions intermédiaires). Les zones d’emploi de taille intermédiaire ont une proportion plus faible de diplômés du supérieur, liée au déficit migratoire des jeunes, en particulier des plus diplômés. Par ailleurs dans les zones d’emploi littorales, la forte attractivité résidentielle et touristique s’accompagne d’un développement davantage tourné vers l’économie présentielle, avec des arrivées nombreuses de main d’œuvre souvent peu qualifiée.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 24/01/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/