Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE SUIVI DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Consommation intérieure de matières et productivité matières

Enjeu- Raréfaction des ressources

Évolution de l’indicateur
Après une tendance à la hausse de 1990 à 2007 (près de 10 % en 17 ans), la consommation intérieure apparente de matières a diminué de 18 % sur la période 2007-2015, passant du pic de 911 millions de tonnes en 2007 (juste avant la récession), à 746 millions de tonnes en 2015, son niveau le plus bas depuis 1990.
La « productivité matières » (rapportant le PIB à la consommation intérieure apparente) a progressé de 38 % entre 2007 et 2015, conséquence de la contraction de l’activité économique, notamment du secteur de la construction, fortement consommateur de matières, alliée à la croissance du PIB. Elle s’élève ainsi en 2015 à  2,94 euros/kg, son niveau le plus élevé depuis 1990.

 

Graphe : Évolution de la consommation de matières et de la productivité matières de l'économie française

Enjeux
Orienter les modes de production et de consommation vers une économie plus sobre en ressources naturelles est un enjeu majeur. La consommation intérieure de matières (DMC, Domestic Material Consumption) et la productivité matières (PIB/DMC) permettent de suivre la dépendance de l’économie aux matières premières.

Analyse
La consommation intérieure de matières correspond à la quantité de matières entrant dans l’économie. Elle est la somme de l’extraction intérieure de matières brutes et des importations de matières brutes et de produits manufacturés, diminuées des exportations de ces mêmes matières et produits. Elle s’élève en France à 746 Mt en 2015, son niveau le plus bas depuis une vingtaine d’années. Les minéraux non métalliques (principalement les matériaux de construction) constituent près de la moitié des matières consommées en France, devant la biomasse (un tiers des tonnages), les combustibles fossiles puis les minerais métalliques et produits principalement métalliques.
La productivité matières (ratio PIB/DMC) poursuit sa progression, en raison d’une évolution de la consommation intérieure de matières moins vigoureuse que celle du PIB. Elle traduit pour l’économie nationale un moindre besoin en matières pour produire une même quantité de richesse (valeur ajoutée).


Pour en savoir plus

Mis à jour le 06/09/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/