Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Évolution de la part du territoire occupée par des sols artificialisés, des terres agricoles et des espaces naturels ou forestiers

Enjeu - Raréfaction des ressources

La surface des sols artificialisés a augmenté en moyenne de 1,4 % par an depuis 2006 et représente 9,4 % du territoire français en 2015, soit 51 601 km2. On observe sur la même période un recul de 0,2 % en moyenne par an des terres agricoles qui restent majoritaires, couvrant 51 % du territoire. La part des zones boisées, naturelles, humides ou en eau est stable avec 39,6 % des sols de métropole. Un ralentissement du rythme de l’artificialisation se dessine depuis 2010.

 

Graphe : Évolution de la part du territoire métropolitain occupé par des sols artificialisés, des terres agricoles et des espaces naturels ou boisés

Enjeux

L’artificialisation du territoire engendre une perte de ressources en sols pour l’usage agricole et pour les espaces naturels. En imperméabilisant certains sols, elle peut aussi accélérer le ruissellement des eaux pluviales et la vulnérabilité aux inondations. Cet indicateur est particulièrement pertinent pour suivre l’enjeu de raréfaction de la ressource sol.

Analyse

Les espaces dédiés à l’agriculture occupent plus de la moitié du territoire (51 %), les zones naturelles et forestières 39,6 % et les espaces artificialisés 9,4 % du territoire de France métropolitaine d’après l’enquête statistique Teruti-Lucas. Entre 2006 et 2015, on observe à la fois l’augmentation des surfaces artificialisées (+ 5 916 km2), le recul des terres agricoles (- 5 859 km2) et la relative stabilité des zones naturelles (- 58 km2). Le rythme de perte des terres agricoles s’est un peu ralenti depuis 2008 passant de - 0,4 % en moyenne par an de 2006 à 2008 à - 0,2 % en moyenne par an de 2008 à 2015. La volonté de préserver le foncier agricole en France, avec un objectif pour 2020 de réduction de moitié du rythme de consommation des terres agricoles, figure dans l’exposé des motifs de la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche n° 2010-874 du 27 juillet 2010.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 02/02/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/