Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE SUIVI DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Prix des matières premières : pétrole et gaz

Enjeu - Raréfaction des ressources

Évolution de l’indicateur

La tendance globale à la hausse, amorcée en 2016, du baril de Brent, se poursuit au cours de l’année 2017 pour atteindre, en janvier 2018, 69,1US $. Calculé en moyenne annuelle, le cours du Brent demeure orienté à la baisse en 2016 (- 17 %), puis en hausse en 2017 (+ 25 %).
Dans le sillage des cours du pétrole, le prix du gaz naturel sur le marché spot de Londres (NBP : National Balancing Point) affiche depuis juin 2017 une tendance globale à la hausse (+ 22 %). Cette hausse reste dans le sillage de la tendance observée en fin d’année 2016, où le prix du gaz naturel a fortement rebondi, passant de 11,4 €/MWh à 21,2 €/MWh entre septembre 2016 et janvier 2017.

 

Graphique : Évolution du prix mensuel du pétrole et du gaz

Enjeux

La France importe la quasi-totalité de ses besoins en gaz et en pétrole brut. La facture correspondante dépend fortement de l’évolution de la cotation du Brent, d’une part et du prix du gaz sur les marchés de gros européens, dont le NBP (National Balancing Point) est représentatif, d’autre part.
Le phénomène de raréfaction des ressources au niveau mondial couplé à d’autres facteurs, de nature géopolitique ou technique, peuvent entraîner une grande volatilité des prix. Pour le consommateur, la hausse du prix du carburant incite à des économies mais peut accentuer les inégalités.

Analyse

Face à la faiblesse des cours du baril de Brent atteints en début d’année 2016, les principaux pays producteurs ont essayé de stabiliser le marché via des accords sur leur production. Plusieurs autres facteurs (baisse de la production américaine face à une demande intérieure en hausse, instabilité politique et sociale de certains pays producteurs par exemple) ont joué en faveur d’un rééquilibrage progressif entre l’offre et la demande début 2016 et ont concouru à la hausse observée en fin d’année. Cette tendance à la hausse s’est poursuivie au cours de l’année 2017, notamment au deuxième semestre, grâce à la reconduction des accords passés en 2016 entre les pays producteurs et visant à plafonner leur production pour rééquilibrer le marché. Cela a exercé une pression haussière sur les cours, que les perspectives de ralentissement de la croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2018 n’ont pas contrariée.
Bien que les évolutions des prix de marché du gaz naturel occupent depuis la fin des années 2000 une importance croissante dans le calcul des tarifs des contrats de long terme, ces derniers demeurent encore très dépendants des cours du pétrole, sur lesquels ils étaient historiquement indexés. Le prix moyen du gaz naturel importé par la France s’élève à 17,6 €/MWh en moyenne en 2017. Il reste à des niveaux relativement bas, suivant les cours de 2016, même si une tendance à la hausse se dessine.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 06/09/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/