Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE SUIVI DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Évolution des populations d'oiseaux communs spécialistes

Enjeu - Perte accélérée de biodiversité

Évolution de l’indicateur

L’abondance des oiseaux communs spécialistes (espèces spécifiques aux milieux agricoles, aux milieux forestiers ou aux milieux bâtis), après une chute rapide les premières années de suivi, a poursuivi sa baisse mais à un rythme moins important. La tendance sur l’ensemble de la période d’observation (-22 % depuis 1989) est néanmoins préoccupante. A l’inverse, l’abondance des espèces généralistes s’est globalement accrue (+19 % depuis 1989), essentiellement lors de la période 2000-2006. Toutefois, elle n’augmente plus depuis 2006, et l’indice accuse même une chute de 14 points depuis 2011. Seul point positif, le redressement de l’indice d’abondance des oiseaux forestiers, qui permet une quasi-stabilité de la tendance de long terme (-3 % sur la période 1989-2017).

Evolution comparée de l'abondance des populations d'oiseaux communs spécialistes et des populations d'oiseaux communs généralistes en métropole

 

Evolution de l'abondance des populations d'oiseaux communs spécialistes en métropole

Enjeux

Les espèces spécialistes d’un habitat ont des exigences écologiques plus strictes que les espèces généralistes et une gamme de conditions environnementales plus étroites. En cas de perturbations, ces espèces sont plus affectées que les espèces généralistes a priori plus tolérantes aux changements. Une baisse de l'abondance des espèces spécialistes est ainsi le reflet d’une perturbation des habitats, qualitative ou quantitative, concernant par exemple une diminution des ressources alimentaires, une augmentation du dérangement, ou une réduction de la disponibilité en sites de nidification.
Le suivi des oiseaux présente un intérêt du fait de leur position élevée dans les chaînes alimentaires, ce qui en fait de bons indicateurs de l’état général de la biodiversité. C’est le seul groupe d’espèces dont la distribution est suivie à l’échelle nationale depuis près de 30 ans.

Analyse

En 2017, les abondances des espèces spécialistes sont sensiblement inférieures à celles de 1989 et probablement très inférieures à celles des années 1970 si on se réfère aux évolutions observées au niveau européen. En tendance sur la période, l’abondance des oiseaux communs spécialistes a baissé de 22 % en France. Les baisses les plus fortes touchent les espèces des milieux agricoles (- 33 %) et des milieux bâtis (- 30 %). Les populations des espèces généralistes sont en hausse de 19 % entre 1989 et 2017 avec toutefois des disparités selon les périodes. Ces évolutions illustrent un phénomène de dégradation des milieux agricoles et bâtis conduisant à un appauvrissement de leur faune aviaire, avec une dominance d’espèces peu spécialisées et présentes dans tous les milieux. Les mêmes évolutions sont observées en Europe.

Pour en savoir plus

  • www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr, rubrique Indicateurs & Indices > Environnement > Données de synthèse sur la biodiversité > État de la biodiversité ordinaire et remarquable > Évolution de l’abondance des oiseaux communs

 

 

Mis à jour le 20/03/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/