Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Proportion d'espèces éteintes ou menacées dans les listes rouges

Enjeu 2 - Perte accélérée de la biodiversité

La France est l’un des 10 pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées au niveau mondial, notamment en raison des pressions s’exerçant sur la riche biodiversité de ses territoires d’Outre-mer. Pour la France métropolitaine et ultramarine, où le statut de menace sur le territoire a pu être évalué pour 3 671 espèces, 4 % sont éteintes et 27 % sont menacées, traduisant une perte ou un risque de perte de biodiversité non négligeable.

Graph : répartition des 3671 espèces évaluées dans les listes rouges de l'UICN-MNHN en France métropolitaine et ultramarine selon leur catégorie de menace

Enjeux
Cet indicateur mesure l’extinction des espèces et le risque d’extinction de celles encore présentes sur le territoire métropolitain pour différents groupes taxonomiques aussi bien faunistiques que floristiques. Il est donc pertinent pour suivre l’enjeu de perte accélérée de biodiversité en proposant une mesure directe de celle-ci.

Analyse
En France, 3 671 espèces appartenant aux vertébrés, aux papillons de jour, aux crustacés d’eau douce et à la flore vasculaire ont fait à ce jour l’objet d’une évaluation selon la méthodologie de l’UICN. 27 % de l’ensemble de ces espèces sont considérées comme menacées et 4 % comme éteintes au niveau métropolitain et ultramarin. 126 espèces ont en effet disparu de la métropole (Phoque moine ou Orchis des collines par exemple) et deux espèces de poissons sont définitivement éteintes au niveau mondial. Selon les groupes taxonomiques étudiés, la proportion d’espèces éteintes ou menacées varie de 7 % (papillons de jour) à 39 % (oiseaux nicheurs et flore vasculaire). En métropole, 21 % des espèces évaluées sont éteintes ou menacées. Pour les Outre-mer la situation est particulièrement préoccupante. En effet, 40 % des espèces évaluées sont éteintes ou menacées.  Le niveau de connaissances pour les invertébrés limite leur évaluation alors qu’ils comptent parmi eux, des groupes taxonomiques numériquement importants et essentiels dans le fonctionnement des écosystèmes.


Pour en savoir plus

 

 

Mis à jour le 23/01/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/