Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE SUIVI DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Proportion d'espèces éteintes ou menacées dans les listes rouges nationales

Enjeu 2 - Perte accélérée de la biodiversité

Évolution de l’indicateur

La France est l’un des 10 pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées au niveau mondial, notamment en raison des pressions s’exerçant sur la riche biodiversité de ses territoires d’Outre-mer. Pour la France métropolitaine et ultramarine, où le statut de menace sur le territoire est disponible en mai 2017 pour 3 682 espèces, 4 % sont éteintes et 27 % sont menacées. Le suivi de l’évolution dans le temps doit tenir compte de l’amélioration des connaissances et des changements méthodologiques, et nécessite par conséquent le calcul d’un indice dédié.

Concernant les groupes taxonomiques pour lesquels nous disposons de deux évaluations (c’est-à-dire les amphibiens, les reptiles et les oiseaux nicheurs de métropole, tous évalués une première fois en 2008 puis à nouveau en 2015 ou 2016) et pour lesquels l’indice est donc calculable, le risque global d’extinction des espèces augmente de 17,5 % en moyenne : + 19,4 % pour les oiseaux nicheurs, + 8,7 %pour les reptiles et + 6,9 % pour les amphibiens.

Proportion d'espèces en catégories éteintes ou menacées dans les listes rouges nationales

Enjeux
Cet indicateur mesure l’extinction des espèces et le risque d’extinction de celles encore présentes sur le territoire métropolitain pour différents groupes taxonomiques aussi bien faunistiques que floristiques. Il est donc pertinent pour suivre l’enjeu de perte accélérée de biodiversité.

Analyse
En France, 3 682 espèces appartenant à 10 groupes taxonomiques disposaient en 2017 d’une évaluation selon la méthodologie de l’UICN. Parmi celles-ci, 126 espèces ont disparu (Phoque moine ou Orchis des collines par exemple en métropole) dont 28 espèces sont définitivement éteintes au niveau mondial (deux poissons de métropole et trois reptiles de la Réunion par exemple). Selon les groupes taxonomiques étudiés, la proportion d’espèces éteintes ou menacées varie de 7 % (papillons de jour) à 41 % (oiseaux nicheurs), voire même 50 % (phasmes). En métropole, 22 % des espèces évaluées sont éteintes ou menacées. Pour les Outre-mer la situation est particulièrement préoccupante, avec 40 % des espèces évaluées éteintes ou menacées.  

Pour en savoir plus

Mis à jour le 26/03/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/