Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE SUIVI DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Émissions de gaz à effet de serre sur le territoire national

Enjeu - Changement climatique

En 2017, les émissions totales de GES en France s’établissent à 466 millions de tonnes éq.CO2. Elles affichent une baisse régulière depuis 1995 : -15 % sur la période 1995-2017. Cette baisse est liée aux efforts fournis par l’industrie manufacturière (- 44 % des émissions sur la période 1995-2017) et l’industrie de l’énergie (- 20 % des émissions sur la même période). A contrario les émissions liées aux transports ont augmenté de 4 % depuis 1995 et restent stables depuis 2008. Avec 30 % des émissions en 2017, les transports demeurent depuis 1998 la première activité émettrice.

Graphe : émissions de gaz à effet de serre sur le territoire : évolution depuis 1990 du total et par secteurs économiques

Enjeux

Dans le cadre du protocole de Kyoto, la France a atteint son objectif qui était de stabiliser ses émissions de gaz à effet de serre (GES) sur la période 2008-2012 par rapport à 1990. À l’horizon 2050, la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique (POPE) du 13 juillet 2005 fixait l’objectif de diviser par quatre les émissions nationales de GES par rapport à 1990. Cet engagement a été repris dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, complété par un jalon intermédiaire de réduction des émissions de 40 % en 2030. Le plan climat de 2017 a apporté un objectif supplémentaire : la neutralité carbone de la France dès 2050.

Analyse

Depuis 2006 la tendance des émissions de l’ensemble des secteurs est orientée à la baisse. La forte réduction des GES en 2014 (- 5,7 % par rapport à 2013) est en partie due aux conditions climatiques particulièrement clémentes. En 2016 puis en 2017, la météo fut moins clémente qu’en 2015 engendrant une hausse des émissions (respectivement + 1,3 % et + 1,8 % par rapport à 2015). La hausse est plus importante pour le secteur de l’industrie de l’énergie (+ 16,8 % entre 2015 et 2017). Elle est consécutive à une plus grande consommation d’énergie, notamment d’électricité issue de centrales thermiques.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 04/12/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/