Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de l’Environnement,
de l’Énergie et de la Mer

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Émissions de gaz à effet de serre sur le territoire national

Enjeu - Changement climatique

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) sur le territoire national ont baissé de 14 % entre 1990 et 2015. La plus forte réduction revient au secteur de l’industrie manufacturière (- 42 %) suivi de la production d’énergie (- 41 %). À contrario les émissions des transports ont augmenté de 12 %. Avec 29 % des émissions en 2015, les transports demeurent la première activité émettrice. C’est le cas depuis 1998. Les premières estimations pour 2015 indiquent une légère augmentation des émissions totales de GES par rapport à 2014. Les émissions de GES estimées pour 2015 restent inférieures à celles de 2013.

Graphe : Émissions de gaz à effet de serre sur le territoire : évolution depuis 1990 du total et par secteurs économiques

Enjeux

Dans le cadre du protocole de Kyoto, la France a atteint son objectif qui était de stabiliser ses émissions de gaz à effet de serre (GES) sur la période 2008-2012 par rapport à 1990. À l’horizon 2050, la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique (POPE) du 13 juillet 2005 fixait l’objectif de diviser par quatre les émissions nationales de GES par rapport à 1990. Cet engagement a été repris dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, complété par un jalon intermédiaire de réduction des émissions de 40 % en 2030.

Analyse

En 2015 les émissions totales de GES en France s’établissent à 469 millions de tonnes éq.CO2, soit environ 14 % en dessous de leur niveau de 1990. Depuis 2006 la tendance des émissions de l’ensemble des secteurs est orientée à la baisse. La forte réduction des GES en 2014 (- 5,7 % par rapport à 2013) est en partie due aux conditions climatiques particulièrement clémentes. Les baisses sont sensibles pour le secteur résidentiel-tertiaire (- 14 %) et pour celui de l’industrie de l’énergie (- 23,4 %). Les premières estimations pour 2015, année plus fraiche que 2014, montrent une légère hausse des émissions de GES (2,2 %) avec néanmoins un niveau inférieur à celui de l’année 2013.

Pour en savoir plus

Mis à jour le 27/01/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/