Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

Indicateurs & Indices

> Retour accueil de la rubrique

Développement durable

INDICATEURS NATIONAUX DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE VERS UN DÉVELOPPEMENT DURABLE (INDICATEURS SNTEDD 2015-2020)

Retour à la liste d'indicateurs

Évolution de la concentration en carbone de l'atmosphère (niveau mondial)

Depuis le développement des activités industrielles, la communauté scientifique estime que les réservoirs terrestres et océaniques ont absorbé la moitié des émissions anthropiques. Les émissions restantes persistent dans l’atmosphère, entrainant l’accroissement des concentrations de gaz à effet de serre. Depuis les années 1980, la concentration en carbone dans l’atmosphère augmente de façon continue et régulière. Elle a atteint 400 ppm en 2015. Si elle venait à poursuivre sa progression à un tel rythme, le niveau moyen à ne pas dépasser à l’horizon 2100 fixé par le GIEC, qui est de 450 ppm, sera atteint vers 2045.


Evolution de la concentration en carbone de l'atmosphère au niveau mondial

Enjeux

Le CO2 est le gaz à effet de serre d’origine anthropique ayant le plus contribué au réchauffement climatique depuis 1750. L’évolution de la concentration en CO2 de l’atmosphère rend compte des émissions de l’ensemble des pays. Il constitue un indicateur de contexte essentiel pour suivre l’enjeu du changement climatique.

Analyse

Selon l’approche de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), l’objectif initial est de « stabiliser (…) les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique ». Les COP de Copenhague et de Cancun ont fixé l’objectif de contenir le changement de température causé par les émissions anthropiques de GES à moins de 2 ° C par rapport aux niveaux préindustriels. Lors de la COP de Paris en 2015, les Etats ont voulu aller plus loin en plaçant cette limite à 1,5 °C dans la mesure du possible.
Les énergies fossiles (charbon, gaz naturel et pétrole) représentent 81 % du mix énergétique mondial en 2013 (soit cinq points de moins qu’en 1971), 74 % de celui de l’UE à 28 et seulement 49 % de celui de la France, en raison de l’importance de sa production décarbonée.

Pour en savoir plus

 

 

Mis à jour le 16/11/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/