Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Formations environnementales et l'insertion professionnelle

Les formations initiales en environnement

5 articles

Les effectifs inscrits en formations initiales en environnement sur l’année scolaire 2014-2015

Près de 95 000 élèves et étudiants sont inscrits en dernière année d’une formation initiale en environnement sur l’année scolaire 2014-2015. Ils représentent 7 % de l’ensemble des effectifs du champ considéré (voir méthodologie), tous domaines d’études confondus.

Les formations dans le domaine de l’énergie attirent le plus de jeunes

Avec 26 % des inscrits, le domaine de l’énergie concentre le plus grand nombre d’élèves et étudiants. Les formations en protection de la nature et en prévention des pollutions sont également attractives avec 23 % des effectifs chacun. L’intérêt des jeunes pour les domaines de l’hygiène-sécurité-santé-environnement (HSSE) et la gestion sociétale de l’environnement est moindre : ces formations rassemblent respectivement 5 % et 3 % des effectifs environnementaux.

Graphe : Répartition du nombre d'inscrits en formations initiales en environnement, par domaine d'études, sur l'année 2014-2015 (en %)

 

 

Les diplômes de niveau Bac sont les plus prisés

Les formations de niveau Bac, derrière lesquelles figurent le Bac technologique, le Bac professionnel, le brevet professionnel, le brevet de technicien et la mention complémentaire, sont les formations les plus suivies par les jeunes étudiants dans le domaine de l’environnement (47 % contre 30 % parmi les formations non-environnementales), le Bac technologique étant le plus attractif (68 % des effectifs préparant un diplôme de niveau Bac dans le domaine de l’environnement).

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette répartition :

-    En 2009, la réforme de la voie professionnelle a conduit à la suppression des BEP (diplôme de niveau inférieur au Bac) pour les intégrer dans le cursus des Bacs professionnels, qui se préparent désormais en trois ans. Cette réforme s’est traduite par une diminution par 2 en 2010 du nombre d’élèves préparant un diplôme « inférieur » au Bac ;
-    En 2011, une partie des effectifs de BEP s’est retrouvée parmi les inscrits en Bac professionnels ;
-    En 2012, quatre Bac technologiques rejoignent la liste des formations environnementales. Ces diplômes ont été créés en 2010 mais la comptabilisation de leurs effectifs respectifs intervient sur l’année 2012-2013. Le nombre d’élèves préparant l’un de ces 4 diplômes est conséquent (plus de 23 700), il influe ainsi sur le poids des inscrits en formation de niveau Bac depuis.

Les niveaux supérieurs à Bac +3 (niveaux I et II) concentrent, quant à eux, 37 % des effectifs inscrits en dernière année (contre 43 % parmi les formations non-environnementales), les niveaux Bac +2, représentés par les BTS et DUT, 9 % (contre 17 %). Sur la période 2008-2011, les formations de niveau Bac +2  et plus rassemblaient davantage d’étudiants. Leurs parts parmi les effectifs inscrits en dernière année d’une formation environnementale, ont ainsi perdu entre -3 et -6 points ; elles demeurent toutefois constantes depuis 2012.

Graphe : Répartition du nombre d'inscrits en formations initiales en environnement par niveau de diplôme, sur l'année 2014-2015 (en %)

 

L’attractivité des types de diplômes préparés diffère selon le domaine d’études

Le Bac technologique est le type de diplôme le plus prisé des jeunes inscrits en dernière année d’une formation dans les domaines de l’énergie (42 %) et de la prévention des pollutions (65 %). Cette surreprésentation s’explique notamment par l’ajout des quatre Bac technologiques dans la liste des formations environnementales en 2012, dont les spécialités relèvent de ces deux domaines.

Les licences professionnelles (24 %) et les DUT (20 %) sont les types de diplômes les plus attractifs parmi les inscrits en formation en HSSE. Finalement, ce domaine et celui de l’aménagement du territoire présentent une répartition d’élèves et étudiants un peu plus « équilibrée » entre tous les types de diplômes proposés, comparée aux quatre autres domaines d’études.

En dehors du domaine de la gestion sociétale de l’environnement exclusivement dédié à l’enseignement supérieur et pour lequel la quasi-totalité des étudiants sont en master (92 %), c’est parmi les inscrits en formation dans le domaine de la protection de la nature que l’on retrouvera le plus de jeunes préparant un master (32 %) ou un diplôme d’ingénieur (10 %).

 Graphe : Répartition du nombre d'inscrits en formations initiales en environnement par domaine d'études et type de diplôme, sur l'année 2014-2015 (en %)

 

L’environnement est un domaine peu féminin

Les femmes sont minoritaires parmi les jeunes préparant un diplôme dans le domaine de l’environnement : 29 % sont comptabilisées sur l’année scolaire 2014-2015, alors qu’au sein des formations non-environnementales, on observe autant de femmes que d’hommes.

Les formations en gestion sociétale de l’environnement (56 %) et en HSSE (52 %) sont les plus féminisées, à l’inverse des formations du domaine de l’énergie qui comptent seulement 8 % de femmes parmi ses effectifs.

D’une façon générale, la part des femmes augmente avec le niveau de diplôme : elles sont 11 % parmi les inscrits en formation de niveau « inférieur » au Bac (36 % sur le champ des formations non environnementales) ; elles représentent 42 % des inscrits en formations de niveau Bac +3, 48 % parmi les Bac +4 et plus (contre respectivement 58 % et 53 %). Cette part varie aussi selon le domaine d’études : au sein des formations en gestion sociétale de l’environnement, aménagement du territoire et protection de la nature, les femmes sont nombreuses à préparer un diplôme de niveau Bac +4.  Parmi les formations en prévention des pollutions et liées à l’énergie, elles sont davantage à préparer un diplôme de niveau Bac. Dans le domaine de l’HSSE, le nombre de femmes se répartit de façon plus équilibrée entre tous les niveaux de diplôme.

Graphe : Répartition du nombre de femmes parmi les inscrits en formations initiales en environnement par domaine d'études et niveau de diplôme, sur l'année 2014-2015

Mis à jour le  2/01/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/