Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Formations environnementales et l'insertion professionnelle

Les formations initiales en environnement

5 articles

L’attractivité des formations initiales en environnement depuis 2008

En 2008, l’environnement concernait 5 % des inscrits en dernière année d’une formation initiale et 10 % de l’offre de formations du périmètre considéré (voir méthodologie). En 2014, il en représente respectivement 7 % et 12 %.

Des effectifs en hausse de 38 % en six ans

En 2008, moins de 70 000 jeunes étaient inscrits en dernière année d’une formation initiale préparant à un diplôme dans le champ de l’environnement. Six ans après, ils sont près de 95 000. Plus de 26 000 jeunes supplémentaires sont ainsi venus rejoindre les effectifs de l’environnement (soit + 38 %). Dans le même temps, sur le champ des formations non-environnementales, le nombre d’élèves et d’étudiants a diminué de 13 %.

Graphe : Évolution du nombre d'inscrits en dernière année d'une formation initiale

 

Une évolution positive mais non linéaire

Deux faits marquants permettent d’expliquer les différentes dynamiques d’évolution observées entre 2008 et 2014.

La réforme de la voie professionnelle de 2009 a supprimé les BEP (niveau V, « inférieur » au Bac) en les intégrant dans le cursus des Bac Professionnels (niveau IV). La baisse des effectifs inscrits en dernière année d’une formation environnementale observée sur l’année 2010-2011 (- 6 %) est ainsi liée à la chute du nombre d’inscrits en formation de niveau inférieur au Bac (- 51 %). Sur l’année scolaire 2011-2012, le nombre d’inscrits est en hausse de 9 %. Cette année-là, les diplômes de niveau Bac ont bénéficié du report partiel des effectifs perdus de BEP et ont vu leur nombre d’élèves augmenter de 39 %.

Sur l’année 2012-2013, la liste des formations environnementales s’enrichit de quatre Bac technologiques relevant des domaines de la prévention des pollutions et de l’énergie. Les effectifs associés à ces nouvelles formations sont conséquents (plus de 23 700). Leur comptabilisation explique en grande partie la hausse globale du nombre d’inscrits en formations environnementales observée cette année-là (+ 26 %). D’une façon générale, l’attractivité de ces quatre diplômes influe sur les dynamiques observées, à la fois parmi les jeunes inscrits en formations de niveau Bac (+ 19 % en moyenne par an entre 2008 et 2014), mais également parmi les domaines « prévention des pollutions » et « énergie » (respectivement + 22 % et + 17 % en moyenne par an).

Sur les deux dernières années scolaires d’observation, les effectifs croissent beaucoup moins vite (+ 2 % en 2013), voire diminuent légèrement (- 1 % en 2014).

Graphe : Évolution du nombre d'élèves et étudiants inscrits en dernière année d'une formation initiale par niveau de diplôme

 


Graphe : Évolution du nombre d'élèves et étudiants inscrits en dernière année d'une formation initiale par domaine d'études

 

Plus de 200 diplômes supplémentaires en environnement en six ans

Plus de 200 diplômes sont venus enrichir l’offre de formations environnementales depuis 2008 ; parmi ceux-ci, la moitié relève du domaine de l’énergie.

Seuls les domaines de l’aménagement du territoire et de l’hygiène-sécurité-santé-environnement connaissent peu d’évolution, voire une diminution du nombre de diplômes proposés.
 
Graphe : Évolution du nombre de diplômes en environnement en 2008 et 2014, par domaine d'études

Mis à jour le 16/12/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/