Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Formations environnementales et l'insertion professionnelle

Les formations initiales en environnement

5 articles

La répartition régionale des effectifs inscrits en formations initiales en environnement sur l’année scolaire 2014-2015

Au niveau national, les jeunes inscrits en dernière année d’une formation initiale en environnement représentent 7 % de l’ensemble des inscrits du champ considéré (voir méthodologie).
La répartition des inscrits en formation environnementale dépend du poids démographique des différentes régions. Ainsi, l’Île-de-France, région la plus fortement peuplée, est également celle où l’on retrouve le plus grand nombre d’inscrits en formations environnementales, soit 15 % des effectifs environnementaux nationaux. Elle est suivie de la région Auvergne-Rhône-Alpes avec 12 600 élèves et étudiants comptabilisés (soit 13 %). Inversement, hormis les départements ultramarins (Mayotte, Guyane, Martinique, Guadeloupe), c’est en Corse que le nombre d’inscrits en formation environnementale est le plus faible (moins de 600, soit 0,6 %).

 

Un nombre d’inscrits déconnecté du poids que représentent les formations environnementales dans chaque région

La Bretagne, la Bourgogne-Franche-Comté, l’Occitanie (ex Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées), la Guyane, la Réunion (9 %) et la Corse (14 %) sont les régions au sein desquelles la proportion des élèves et étudiants inscrits en formations environnementales dans l’ensemble des inscrits de la chaque région est la plus élevée.
Ainsi, bien que les effectifs environnementaux comptabilisés en Corse soient faibles, ils représentent, au sein de la région, une part 2 fois plus élevée qu’au niveau national. Il s’agit même de la part la plus élevée des 13 régions métropolitaines. À l’inverse, si l’Île-de-France concentre le plus grand nombre d’inscrits en formations environnementales, leur part ne représente que 5 % de l’ensemble des élèves et étudiants de la région. De la même façon, le millier d’inscrits en formations environnementales à la Réunion (plus de 1 300) représente 9 % des élèves et étudiants de la région.

Carte : Répartition régionale des effectifs inscrits en dernière année d'une formation initiale en environnement sur l'année 2014-2015

 

Les formations dédiées aux domaines de l’énergie, de la prévention des pollutions et de  la protection de la nature concentrent la plus grande part d’inscrits dans 9 régions sur 18 (dont les Dom)

Au niveau national, les formations associées aux domaines de l’énergie (26 %), de la prévention des pollutions (23 %) et de la protection de la nature (23 %) présentent la plus grande part d’élèves et étudiants. L’attractivité de ces trois domaines d’études se retrouve dans 9 régions sur 18 (dont les Dom).

Certaines régions montrent des particularités : les jeunes préparant un diplôme dans le domaine de la protection de la nature sont surreprésentés en Bretagne et en Occitanie (30 %). C’est dans les Dom (sauf à la Réunion) que l’on retrouve une part d’inscrits en HSSE 2 à 3 fois plus importante qu’au niveau national. Quant aux jeunes suivant une formation en aménagement du territoire, ils sont surreprésentés en région Centre, dans les Pays de la Loire et en Bretagne. La Corse, l’Île-de-France et les Dom (sauf la Guyane) présentent la plus forte part de jeunes préparant un diplôme dans le domaine de l’énergie. Enfin, les formations en gestion sociétale rassemblent 3 à 6 fois plus d’inscrits en Ile-de-France, Guyane et Guadeloupe.

Graphe : Répartition du nombre d'inscrits en formations initiales en environnement par domaine d'études et par région, sur l'année 2014-2015 (en %)

 

Les diplômes de niveau Bac sont les plus attractifs dans quasiment toutes les régions

Au niveau national, près de la moitié des jeunes inscrits en formations environnementales préparent un diplôme de niveau Bac (47 %). Cette surreprésentation est caractéristique de l’ensemble des régions, excepté en Corse (27 %) où les étudiants du supérieur, à savoir ceux préparant un diplôme de niveau Bac +4 et plus, sont les plus nombreux (46 % des inscrits de la région), ou en Île-de-France où 38 % des inscrits en formations environnementales préparent un diplôme de niveau Bac +4 et plus. Les départements ultramarins, en particulier Mayotte et Guyane, se caractérisent par une part plus importante qu’au niveau national du nombre d’élèves préparant un diplôme de niveau inférieur au Bac, type CAP ou BPA. Les étudiants inscrits en formation de niveau Bac +3 y sont également peu fréquents.

Graphe : Répartition du nombre d'inscrits en formations initiales en environnement par niveau de diplôme et par région sur l'année 2014-2015 (en %)

Mis à jour le 19/12/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/