Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

10 articles

L’aléa glissements de terrain

Les glissements de terrain surviennent lors du déplacement gravitaire de sols ou de roches déstabilisés par des phénomènes naturels climatiques, géomorphologiques ou géologiques, ou encore par les activités humaines. Ces déplacements de matériaux plutôt lents (quelques millimètres à quelques mètres par an) peuvent cependant être plus dévastateurs (5 mètres par seconde), lorsqu’ils se composent au minimum de 30 % d’eau pour former des coulées ou des laves torrentielles. Les glissements de terrain apparaissent dans des éboulis fins, des moraines, ou des roches très fracturées et altérées. Certains matériaux sont particulièrement sensibles aux glissements de terrain, comme les argiles, les marnes, les gypses ou les formations superficielles d’altérites.

Note : les cartes d’aléa identifient les terrains sensibles aux mouvements de terrain, tandis que l’estimation du risque doit intégrer une évaluation économique des dommages directs (victimes, destructions) et indirects sur les activités. De plus, si les enjeux (population, bâtiments, réseaux routiers, cultures, etc.) justifient des actions préventives à l’égard des zones urbanisées ou des voies de communication par exemple, l’analyse de leur vulnérabilité peut constituer des références utiles pour une prise de décisions adaptées.

L’ensemble des régions françaises est sensible aux glissements de terrain et aux écoulements. Les zones de montagne (Alpes, Corse, Massif central, Pyrénées, Vosges) montrent cependant une prédisposition particulière. La susceptibilité aux glissements de terrain et aux écoulements permet de définir les zones les plus sensibles. Elle résulte de la combinaison de la topographie, de la nature des roches et de l’occupation du sol. Cette susceptibilité est estimée faible ou très faible pour deux tiers de la France métropolitaine, moyenne pour environ 14 % du territoire et enfin élevée ou très élevée pour un peu moins d’un cinquième. Trois régions sont particulièrement exposées aux glissements de terrain sur plus de 45 % de leur territoire : Corse, Provence – Alpes – Côte d’Azur, Rhône-Alpes. A contrario, cinq régions (Centre, Haute-Normandie, Île-de-France, Pays de la Loire, Poitou-Charentes) semblent assez peu sensibles aux glissements de terrain, puisque la susceptibilité y est estimée très faible pour plus de 80 % de leur surface.

Parmi les glissements de terrain majeurs actifs et surveillés en France, figurent ceux de La Clapière dans les Alpes-Maritimes (50 millions de m3), Super-Sauze dans les Alpes de Haute-Provence (1 Mm3) et les Ruines de Séchilienne en Isère (4 Mm3).


Aux Antilles et à la Réunion, les glissements de terrain évoluent souvent en coulées de boues ou en laves torrentielles lorsque les terrains argileux sur fortes pentes sont soumis aux abondantes précipitations tropicales. Particulièrement caractéristique par sa taille exceptionnelle (plus de 350 Mm3) et par le nombre d’habitants installés sur le glissement (plus de 1 000), le glissement de Grand-Îlet à Salazie (La Réunion) est l’un des plus grands glissements de terrain au monde. Les terrains composés d’argiles (couches « savon », surface de rupture résultant d’une composition des terrains favorable au décollement et au glissement des terrains sus-jacents sous l’action de l’eau), de blocs et de graviers d’une centaine de mètres d’épaisseur glissent au-dessus des matériaux issus des anciennes coulées de lave dans le fond du cirque. Les vitesses de déplacement varient entre l’avant et l’arrière du glissement, sous l’effet de la gravité et du niveau des eaux souterraines amplifié par les pluies : moins de 15 cm/an à l’arrière du glissement, entre 15 et 30 cm/an au centre et entre 30 et 55 cm/an à l’avant.

L’arc alpin et le massif pyrénéen sont particulièrement sensibles aux glissements de terrain et aux écoulements. Pour cinq pays (Autriche, Italie, Liechtenstein, Suisse, Slovénie), la susceptibilité aux glissements de terrain est estimée élevée ou très élevée pour plus de 45 % de leur territoire, soit le double de la moyenne européenne.

Note : NUTS 3 : petites régions pour des diagnostics particuliers (soit 1 294 régions en 2014), correspondant au 3e niveau de la nomenclature NUTS (nomenclature des unités territoriales statistiques), système hiérarchique de découpage du territoire économique de l’UE.
Plus de 40 % du territoire de la France métropolitaine présente une susceptibilité forte et 30 % une susceptibilité modérée. Ces valeurs sont élevées car elles ne représentent que la probabilité d’occurrence spatiale sans intégrer la probabilité d’occurrence temporelle ou l’intensité des phénomènes.

Méthodologie :

 

La susceptibilité aux glissements de terrain et aux écoulements a été cartographiée à l’initiative d’un groupe d’experts européens, piloté par la Commission européenne. La méthode combine trois facteurs : la géomorphologie (pente et topographie), la géologie (lithologie et hydrogéologie) et l’occupation du sol. Ces facteurs et leur poids respectif sont ensuite étalonnés sur les zones de mouvement observées à l’aide de renseignements historiques sur les événements passés, d’observations de terrain et de photographies aériennes

Pour mieux comprendre :

Accueil > L'essentiel sur… > Environnement > Risques naturels > Les mouvements de terrain

En savoir plus

  •  http://www.brgm.fr/ (BRGM : Géosciences pour une terre durable)    Rubrique > Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Glissements de terrain à La Réunion : un documentaire pour mieux comprendre
  • http://www.bt.cdc.gov (Centers for disease control and prévention)    Rubrique > Natural Disasters and Severe WeatherLandslides & Mudslides
  • http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie - Medde)
    Rubrique Accueil > Salle de lecture > Prévention des risques : Risques naturels > Les mouvements de terrain
    Rubrique Accueil > Prévention des risques > Risques naturels et ouvrages hydrauliques > Les différents types d’aléas > Le risque mouvement de terrain > Le risque mouvement de terrain
  • http://eusoils.jrc.ec.europa.eu/ (Commission européenne, European Soil Portal – Soil data and information systems, Joint research centre JRC)
    Rubrique > Soil Themes > Landslides
  • http://www.reunion.pref.gouv.fr/ (Préfecture de la région La Réunion)
    Rubrique > Son action > Sécurité, défense et prévention des risques > Sécurité Civile > Information préventive > Dossier Départemental des Risques Majeurs > Dossier départemental des risques majeurs > Les risques naturels > Le risque mouvement de terrain
  • http://www.risquesnaturels.re/ (ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie – Medde : Les risques naturels à La Réunion)

Mis à jour le 26/12/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/