Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Environnement et développement durable

Développement durable

3 articles

Étalement urbain

Un logement collectif occupe moins d’espace qu’une maison individuelle et se construit plus près de la ville-centre. La part de l’habitat individuel pur (maison individuelle résultant d'une opération de construction ne comportant qu'un seul logement) au sein de la construction neuve a augmenté entre 1995 et 2002, passant de 38 % à 52 %.
Depuis 2002, elle diminue en moyenne de 4 points par an et s’établit à 33 % en 2013. La légère remontée observée en 2011 est liée aux différences de délais de construction des logements selon leur taille. Les maisons affichent des délais de construction plus courts que les logements collectifs. La reprise des mises en chantiers de 2010 s’est donc traduite, dans un premier temps, par une augmentation du nombre de logements individuels.

Part de l'individuel pur dans la construction neuve

La distance moyenne de la construction neuve à la ville-centre tend à légèrement décroître depuis 2003, son recul au sein de la quasi-totalité des aires de taille moyenne l’emportant sur son augmentation au sein des plus grandes aires (hormis Marseille). Pour les trente plus grosses aires urbaines, elle s’établit à près de 12 kilomètres en 2010. Paris présente la particularité d’avoir un centre dont l’espace disponible pour la construction est devenu faible. L’aire urbaine de Paris se caractérise aussi par son étendue, certaines communes sont situées à 100 km de Paris. Ainsi, dans l’aire urbaine de Paris, la distance moyenne s’établit à 23 km en 2010. L’aire urbaine de Marseille se caractérise par une contraction de 5 kilomètres de la distance de la construction neuve de logements entre la période 1990-1998 et la période 2005-2010. Cette réduction est liée au programme de rénovation urbaine mis en oeuvre au centre de la ville, dont l’objectif est d’augmenter la population et le nombre d’emplois disponibles.

Distances moyennes de la construction neuve au centre des aires urbaines sur la période 2005-2010

En France métropolitaine, entre 2000 et 2006, la population a augmenté de 4,3 % et les surfaces urbanisées se sont étendues de 2,1 %. La population croît plus vite que les surfaces urbanisées dans la plupart des régions. En Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, et dans les Pays de la Loire, la population et les surfaces urbanisées progressent plus fortement que dans le reste du territoire. Seuls la Lorraine, le Nord Pas-de-Calais et la Champagne-Ardenne voient leur tissu urbain croître plus vite que la population. C’est aussi dans ces régions que la croissance de la population est la plus faible, voire en baisse pour la Champagne-Ardenne.

Progression de l'urbanisation et augmenation de la population entre 2000 et 2006

Mis à jour le 12/08/2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/