Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Économie du logement

Activité immobilière

1 article

Activité immobilière

Les dépenses d’acquisition de logements, neufs ou anciens, et celles liées aux travaux d’entretien-amélioration s’élèvent à 274,7 milliards d’euros en 2013.
Le marché de l’ancien est à l’origine de 54,5 % de ces dépenses (149,7 milliards d’euros), alors que le marché du neuf en représente un peu plus du quart (28,8 % soit 79,1 milliards d’euros) et les travaux 16,7 % (45,9 milliards d’euros).

Composantes de l'activité immobilière (dépenses d'acquisition de logements et de travaux d'entretien-amélioration)

Sur la période 1995-2007, l’activité immobilière n’a fait que croître, avec un rythme annuel moyen de plus de + 9 %. Elle a ensuite fortement baissé en 2009, puis a rebondi en 2010 et 2011. En 2013, elle diminue (- 3,9 %), passant de 285,7 à 274,7 milliards d’euros.

Evolution de l'activité immobilière

Les ménages sont à l’origine de plus de 90 % de l’activité immobilière, soit 247,6 milliards d’euros en 2013, en baisse de 4 % par rapport à 2012.
La part des bailleurs sociaux progresse depuis 2005, sous l’impulsion du programme de rénovation urbaine, du plan de cohésion sociale et du plan de relance de l’économie impulsé fin 2008. En 2013, elle s’établit à 20,3 milliards d’euros, soit 7,4 % de l’activité immobilière.
Les autres personnes morales réalisent 6,7 milliards d’euros de dépenses d’acquisition et de travaux en 2013, ce qui représente 2,5 % de l’activité immobilière.

 

Activité immobilière et financière

Sur la période 2000-2007, la forte croissance des prix de l’activité immobilière, notamment celle observée sur le marché de l’ancien, contribue fortement à l’évolution des dépenses d’acquisitions de logements et de travaux. Depuis 2007, la chute du nombre de transactions dans l’ancien, sa forte remontée en 2010 puis son repli en 2012, expliquent en grande partie son évolution. En 2013, le nombre de transactions dans l’ancien (718 000 logements) augmente légèrement (+ 1,8 %).

Evolution du nombre de transactions de logements anciens et de logements neufs terminés

En 2013, l’activité immobilière continue de décroitre (- 3,9 % après – 5,7 % en 2012). Ce repli est essentiellement dû à la forte baisse des acquisitions de logements dans l’ancien (- 6,9 %), résultant d’une diminution du volume (- 4,9 %) et des prix (- 2,1 %). L’investissement en logements neufs stagne (+ 0,1 %), de même que l’investissement en gros travaux d’entretien-amélioration (- 0,2 %), ne contribuant pas ainsi à l’évolution de l’activité immobilière.
En effet, le marché de l’ancien réagit plus rapidement à la conjoncture économique, alors que l’activité immobilière dans le neuf réagit avec décalage en raison de l’inertie liée aux délais de construction des logements.

 

Evolution annuelle de l'activité immobilière et des prix de l'activité immobilière

Mis à jour le 13/08/2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/