Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Économie du logement

Dépense en logement

1 article

Dépense en logement

En 2013, la dépense en logement, qui mesure l’effort consacré par l’ensemble des agents économiques au domaine du logement, s’élève à 470,8 milliards d’euros.
En 2013, la dépense en logement progresse de 2,0 %, soit l’évolution la plus faible depuis 1984 en dehors de l’année 2009 qui avait connu un recul de 3,7 %. Elle s’éloigne ainsi de sa croissance de moyen terme de 3,8 % mesurée sur la période 1997-2013.
Les dépenses courantes s’élèvent à 331,7 milliards d’euros en 2013, soit plus des deux tiers de la dépense totale en logement. Les dépenses en capital représentent 139,1 milliards d’euros.
Sur le long terme, les dépenses courantes croissent plus fortement que les dépenses en capital : respectivement 4,4 % et 3,7 % entre 1985 et 2013.

Dépense en logement

 La dépense en logement représente 22,3 % du PIB en 2013. Après une baisse en 2009 où il s’est établi à 21,6 %, ce ratio continue d’augmenter depuis 2010. Il a gagné plus de 3 points depuis 1986, où il était de 19,0 %, grâce à l’évolution très dynamique des dépenses courantes (+ 4,4 % en moyenne entre 1985 et 2013).

Part de la dépense en logement dans le PIB

Dépense en logement

Sur la période 2007-2011, les cycles immobilier et économique sont redevenus assez proches en amplitude, contrairement à ce qui avait été observé sur la période 2002-2006, où la vitalité du secteur du logement contrastait avec la relative atonie du reste de l’économie. En 2013, la croissance de la dépense en logement (+ 2,0 %) est comme en 2012 plus dynamique que celle de la demande intérieure (+ 0,6 %). L’écart de croissance, mesuré par la différence entre l’évolution de la demande intérieure et celle de la dépense en logement, reste négatif : - 1,4 points après - 2,2 points en 2012.

Evolution de la demande intérieure et de la dépense en logement

En 2013, plus de 70 % de la dépense en logement correspondent à des dépenses liées à l’occupation du logement (dépenses dites courantes) alors que les dépenses destinées à accroître le parc de logements ou à prolonger sa durée de vie (acquisitions de logements neufs, gros travaux et avantages fiscaux aux producteurs), dites dépenses en capital, en représentent 29,5 %.

Les différentes composantes des dépenses en logement

Traditionnellement, les dépenses courantes connaissent une progression plutôt tendancielle, les écarts à la tendance étant la conséquence des évolutions des prix de l’énergie et du climat, alors que l’évolution des prix de l’immobilier se répercute avec délai et de manière très amortie du fait de la législation en vigueur sur la révision des loyers d’habitation.
Bien que représentant moins de 30 % de la dépense en logement, les dépenses en capital expliquent davantage les évolutions de la dépense totale en logement. Ainsi, la décélération de la dépense en logement (+ 2,0 % en 2013 après + 3,2 % en 2012) tient à la baisse des dépenses
en capital (- 0,5 % en 2013) succédant à une hausse en 2012 (+ 0,5  %).
Les dépenses courantes progressent de 3,0 % en 2013, à un rythme inférieur à celui de 2012 (+ 4,3 %). Cette évolution s’explique par une évolution relativement faible des prix des loyers malgré une accélération dans le secteur social, et par un retour à des températures plus proches de la moyenne en 2012 et 2013, qui limite le côté erratique des dépenses d’énergie des occupants.

Evolution de l'investissement et des dépenses courantes

Mis à jour le 13/08/2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/