Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Air

Pollution de l'air extérieur

13 articles

La pollution de l'air par le benzène (C6H6)

Le C6H6, polluant cancérigène pour l’homme, est émis majoritairement par le secteur résidentiel, en raison du chauffage au bois, et par les transports. Depuis 2000, les émissions ont baissé ainsi que les concentrations à proximité du trafic routier. En 2017, aucun dépassement de la réglementation européenne pour la protection de la santé humaine n’est relevé.

Les concentrations de C6H6 et situation 2017 des concentrations au regard de la réglementation

Entre 2000 et 2017, les concentrations annuelles en C6H6 ont diminué à proximité du trafic routier. Cette baisse s’explique en partie par la limitation du taux de ce polluant dans l’essence à la suite de la mise en application de la réglementation européenne au 1er janvier 2000 (directive 98/70/CE du 13 octobre 1998). La diminution importante du nombre de véhicules essence dans le parc roulant français a pu aussi jouer un rôle (la part des véhicules essence dans le parc roulant français est passée de 63 % en 1990 à 21 % en 2015).

En 2017, les concentrations moyennes annuelles en C6H6 sont de 1,5 µg/m3 à proximité d’industries, de 1,47 µg/m3 à proximité du trafic routier et de 1 µg/m3 en fond urbain.

En 2017, toutes les stations de mesure respectent la norme européenne pour la protection de la santé humaine en moyenne annuelle et seuls quatre sites dépassent l’objectif de qualité fixé au niveau français en moyenne annuelle. Les villes et régions concernées par ces dépassements sont Paris (2 sites sous influence du trafic), la Moselle (1 site de proximité industrielle) et la Martinique (un site de proximité industrielle à Fort-de-France).


L’évolution des émissions de C6H6


Sur la période 2000-2016, les émissions françaises de C6H6 ont diminué de 72 %. En 2016, le principal secteur émetteur est le résidentiel-tertiaire (57 %) en particulier du fait de la combustion du bois, suivi des transports (28 %).

 

Les émissions françaises de C6H6

Schéma : Les émissions françaises de C6H6

Note : l'industrie regroupe l'industrie manufacturière et la transformation d'énergie ; les transports regroupent le transport routier et les autres transports (aériens, ferroviaires, fluviaux et maritimes hors transports internationaux) ; les résultats 2017 pour le C6H6 ne sont pas disponibles. En effet, les résultats 2017 ne sont pour le moment qu’une estimation préliminaire et ne peuvent être calculés que pour la famille des composés organiques volatils non méthaniques dans son ensemble (famille dont fait partie le C6H6).
Champ : France métropolitaine.
Source : Citepa, mise à jour avril 2018, format Secten

Les effets sanitaires et environnementaux du C6H6

Le C6H6 est l’un des composés les plus nocifs de la famille des composés organiques volatils (COV). Une exposition aiguë ou chronique au C6H6 est susceptible d’entraîner des effets critiques de natures hématologiques. Le C6H6 est classé comme agent cancérigène pour l’homme (groupe 1) par le Circ depuis 1987.

Les COV contribuent également, au travers de réactions faisant intervenir les oxydes d’azote (NOx) et le rayonnement solaire, à la formation de polluants photochimiques tels que l’ozone, nocifs pour la santé. Ils contribuent enfin à la formation de particules fines secondaires.


Voir aussi

  • Citepa (Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique) - Données officielles des inventaires d’émissions en France.

Mis à jour le 23/10/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/