Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Agriculture

Panorama de l'agriculture

3 articles

Les exploitations agricoles françaises

L’agriculture française compte près de 485 000 exploitations en 2012 sur le territoire national (DOM compris) – (source : statistiques agricoles annuelles, SAA 2012) et représente 2 % du PIB national (contre 13,7 % en 1955).

Évolution de l'activité agricole française entre 1988 et 2010 en France

198820002010Évolution 1988-2010 (en %)
Superficie agricole utilisée* (en ha)28 750 29427 996 88327 087 794- 5,8
Exploitations (en nombre)1 067 156698 535514 694- 51,8
Production brute standard (en milliards d'euros)55,454,952,1- 6,0
Unités de travail annuel (en nombre)1 504 1901 000 833785 564- 47,8

* Surface agricole utilisée hors pacages collectifs (estives).
Champ : France entière.
Source : Agreste, recensements agricoles, 1988, 2000 et 2010

En 2010, les 514 694 exploitations agricoles françaises disposent d’une surface agricole utilisée (SAU) d’environ 27,1 millions d’hectares dont 26,9 millions en France métropolitaine, soit presque la moitié de la superficie totale du territoire métropolitain (55 millions d’hectares). Les SAU offrant une grande diversité de production ont perdu plus d’un million d’hectares en vingt ans, principalement au profit des surfaces artificialisées et des surfaces boisées.

Surfaces agricoles utilisées : surfaces comprenant  les terres arables, les surfaces toujours en herbe et les cultures permanentes. On peut parler aussi de surfaces agricoles utiles.


Surfaces en terres labourables : espaces en céréales, oléagineux, protéagineux, betteraves industrielles, plantes textiles, médicinales et à parfum, pommes de terre, légumes frais et secs de plein champ, cultures fourragères, ainsi que les jachères.


Surfaces en terres arables
 : espaces comprenant les terres labourables, les terres en cultures maraîchères et florales et les jardins familiaux des exploitants.


Surfaces en cultures permanentes : espaces en vignes, vergers, pépinières ornementales, fruitières et forestières, cultures de miscanthus, jonc, mûrier, osier, arbre truffier, à laquelle s'ajoute la superficie en arbres de Noël en 2010.


Surfaces toujours en herbe
 : espaces en prairies naturelles ou semées depuis six ans ou plus.

L’évolution porte également sur la part grandissante des terres labourables aux dépens de la superficie toujours en herbe. En vingt ans, la surface en terres labourables a augmenté de près de 7 %, alors que celles en cultures permanentes et toujours en herbe ont diminué respectivement de 15 % et 25 %.

En vingt ans, la diminution de plus de 50 % du nombre d’exploitations agricoles s’est accompagnée d’un doublement de leur taille.

La surface moyenne par exploitation atteint 56 hectares en 2010 (contre 28 ha en 1988). C’est toutefois trois fois moins qu’aux États-Unis (155 ha) mais 92 fois plus qu’en Chine (0,6 ha).

Les exploitations de moins de 20 ha représentent tout de même encore 46 % du total des exploitations en 2010. Cependant, cette proportion tend à diminuer par rapport à 1988 (57 %). Ces 46 % cultivent seulement 4,9 % de la surface agricole utilisée.

Parallèlement, les 4 % d’exploitations de plus de 200 ha en 2010 cultivent quant à elles 21 % de la SAU totale sur le territoire français. En se concentrant, les exploitations se spécialisent.

Durant cette même période, la France a perdu la moitié de ses unités de travail annuel (UTA). En 2010, l’agriculture française utilise 785 000 UTA.  Chacune de ces UTA valorise en moyenne 35 ha en 2010 contre 19 ha en 1988.

Malgré un changement marqué dans l’organisation de la production agricole,  la production brute standard (PBS) est restée stable entre 1988 et 2010 avec un montant d’environ 1 920 € par ha.

Définitions

Unité de travail annuel (UTA)
Une UTA correspond au travail d’une personne à plein temps pendant une année entière. Elle mesure le travail fourni par la main-d’œuvre.

Production brute standard (PBS)
Elle décrit un potentiel de production des exploitations. Les surfaces de culture et les cheptels de chaque exploitation sont valorisés selon des coefficients. Ces coefficients de PBS ne constituent pas des résultats économiques observés. Ils doivent être considérés comme des ordres de grandeur définissant un potentiel de production de l’exploitation par hectare ou par tête d’animaux présents hors toute aide. Pour la facilité de l’interprétation, la PBS est exprimée en euros, mais il s’agit surtout d’une unité commune qui permet de hiérarchiser les productions entre elles.

Pour mieux comprendre

Les sols au cœur des grands enjeux environnementaux > l’artificialisation des sols

Voir aussi…

http://www.agreste.agriculture.gouv.fr (ministère en charge de l’agriculture)

http://ec.europa.eu/agriculture/statistics/agricultural/2013/index_en.htm (Eurostat)
http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=10 (Insee > Agriculture)

 

 

Mis à jour le  6/05/2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/