Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de l’Environnement,
de l’Énergie et de la Mer

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Eau

Les pesticides dans les eaux

6 articles

Respect des normes par les pesticides dans les cours d’eau

Des normes de qualité environnementales (NQE) ont été fixées par les autorités européennes ou nationales pour l’évaluation de l’état des cours d’eau au titre de la directive- cadre sur l’eau (DCE). Elles portent en 2013 sur 18 pesticides, plus un paramètre spécifique en Martinique et Guadeloupe.

Respect des normes de qualité par les pesticides dans les cours d’eau

5 % des points de mesure dépassent les normes fixées sur les pesticides. Dans plus de 80 % des cas, les dépassements ne portent que sur un seul pesticide à la fois. Ceux-ci se concentrent plutôt dans le tiers nord du territoire métropolitain et dans les Antilles.

Substances à l’origine de dépassement de normes en France métropolitaine

8 pesticides parmi les 18 faisant l’objet de normes sont à l’origine de dépassement de normes. 6 d’entre eux sont déjà interdits en 2013.

Tableau : substances dépassant les normes dans les cours d'eau de France métropolitaine en 2013

L’essentiel des dépassements est dû à deux herbicides autorisés en 2013, principalement utilisés en grande culture : 2,4 MCPA et isoproturon. La moitié des dépassements de norme pour le 2,4 MCPA concerne le bassin Seine-Normandie : ils sont plutôt relevés dans le Bassin parisien. Ceux dus à l’isoproturon sont constatés principalement, par ordre décroissant, sur les bassins Rhin-Meuse, Loire-Bretagne et Seine-Normandie. Ils sont systématiquement dus à des dépassements de concentration maximale, qui se cumulent, pour moitié environ, à des dépassements en moyenne annuelle.
Les autres cas de dépassements concernent des substances interdites d’usage entre 1998 et 2008. Ils portent sur 0,5 % des points de mesure pour le diuron, proportion stable depuis plusieurs années. Ils sont anecdotiques pour le chlorpyrifos, l’atrazine, la trifluraline, l’endosulfan et les hexachlorocyclohexanes.

Substances à l’origine de dépassement de normes dans les cours d’eau des départements d’outre-mer (DOM)

Dans les DOM, les dépassements des normes ne concernent que les Antilles. Ils sont nettement plus importants qu’en métropole mais ne portent que sur des produits interdits d’usage de longue date, ce qui illustre leur importante persistance dans les milieux. Ainsi, le chlordécone est impliqué dans tous les cas de dépassement en Guadeloupe et Martinique, seul ou associé aux HCH et cyclodiènes.
Il n’y a aucun cas de dépassement sur l’île de la Réunion. Les données rassemblées en Guyane et à Mayotte sont insuffisantes pour établir un diagnostic.

Tableau : substances dépassant les normes dans les cours d'eau des DOM en 2013

Que ce soit en France métropolitaine ou dans les DOM, en 2013, les normes ne concernent toutefois que 18 à 19 paramètres ou groupes de paramètres et ne correspondent pas forcément à ceux les plus rencontrés. En fonction de l’état des connaissances, les normes peuvent évoluer, à la baisse comme à la hausse. Des nouvelles substances peuvent également être intégrées.
Ainsi, une directive européenne de 2013, applicable lors du prochain cycle DCE 2016-2021, modifie des normes et complète, par 9 nouveaux pesticides à prendre en compte, la liste des substances à considérer pour l’évaluation de
l’état chimique. Par ailleurs, en application des principes de l’évaluation de l’état écologique pour la DCE, la France a révisé la liste des pesticides pertinents à considérer sur son territoire. Les évaluations menées sur le second cycle DCE 2016-2021 porteront alors sur 45 à 46 pesticides au total.

Méthodologie :
Les normes de qualité environnementales ont été définies comme des seuils que la concentration moyenne annuelle et, dans certains cas, que la concentration maximale relevée ne doivent pas dépasser. Ces normes, définies dans le cadre de la mise en œuvre de la directive-cadre sur l'eau, portent en 2013 sur 18 substances ou groupes de substances au titre de l’évaluation de l’état chimique et écologique des cours d’eau en métropole auxquelles s’ajoute le chlordécone pour la Martinique et la Guadeloupe. Cette liste sera amenée à évoluer sur le second cycle DCE 2016-2021.
La limite de quantification est la concentration à partir de laquelle le laboratoire menant l’analyse peut indiquer avec certitude la concentration d’une substance. Elle est variable d’une substance à une autre et pour une même substance peut l’être entre deux laboratoires. Les analyses étant confiées à différents laboratoires, les limites de quantification ne sont donc pas homogènes sur l’ensemble du territoire. Parfois, la limite de quantification est supérieure à la norme. Il est dans ce cas impossible de savoir si la substance analysée respecte ou non la norme : aucune qualification n’est alors possible.
Les prescriptions de la révision 2012 du guide technique lié à l’évaluation de l’état des eaux ont été appliquées. De ce fait, seules les substances présentant au moins 4 analyses dans l’année ont été prises en compte. Au total, 2 902 points ont pu être qualifiés.

Mis à jour le  9/02/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/