vers le site web du ministère Accès rapides :
> Recherche avancée

Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Eau

Les pesticides dans les eaux

7 articles

Respect des normes par les pesticides dans les cours d’eau

Des normes de qualité environnementales (NQE) ont été fixées, par les autorités européennes ou nationales, pour 18 substances phytosanitaires ou pesticides (plus un paramètre en Martinique et Guadeloupe), pour l’évaluation de l’état des cours d’eau au titre de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE).

Respect des normes de qualité par les pesticides dans les cours d’eau

En métropole, près de 4 % des points suivis dans les cours d’eau en 2011 font état d’un dépassement avéré de norme. Les normes ne concernent toutefois que 18 paramètres ou groupes de paramètres et ne correspondent pas forcément à ceux les plus rencontrés. La majorité de ces points n’excède les normes que pour un seul pesticide à la fois : 6 points seulement dépassent les seuils sur 2 à 3 pesticides.
La Guadeloupe et surtout la Martinique concentrent l’essentiel des dépassements dans les DOM.

Substances à l’origine de dépassement de normes en France métropolitaine

5 pesticides parmi les 18 faisant l’objet de normes sont à l’origine de dépassement de normes. 3 d’entre eux sont déjà interdits en 2011.

Substances à l’origine de dépassement de normes en France métropolitaine, en 2011

Nom de la substance

Nb de points de mesure

Taux de recherche
(en %)

Points conformes

Points non conformes

Nb

%

Nb

%

Isoproturon (H)

2 245

99,7

2 203

98,1

42

1,9

2,4 MCPA (H)

2 250

99,9

2 225

98,9

25

11,1

*Somme hexachlorocyclohexane (I)

1 591

70,6

1 580

99,3

11

0,7

*Diuron (H)

2 252

100,0

2 239

99,4

13

0,6

*Alachlore (H)

2 241

99,5

2 240

100,0

1

0,0

Source: Agences de l'eau
Traitement SOeS, 2013
* Pesticides interdit d'usage avant début 2011
H : herbicide, I : insecticide

 

Les dépassements les plus importants en nombre sont relevés sur les herbicides 2,4 MCPA et l’isoproturon, plutôt dans la moitié nord du pays. Ces 2 herbicides sont encore autorisés et employés notamment sur céréales (blé, orge).
Depuis son interdiction depuis fin 2008, les dépassements liés au diuron se stabilisent autour de 0.6% des points en 2011.

Substances à l’origine de dépassement de normes dans les cours d’eau des DOM

Tous les dépassements en DOM concernent des produits déjà interdits, ce qui semble illustrer leur importante persistance dans le milieu.

Substances à l’origine de dépassement de normes dans les cours d’eau des DOM, en 2011

Nom de la substance

Nb de points de mesure

Taux de recherche
(en %)

Points conformes

Points non conformes

Nb

%

Nb

%

*Chlordécone (I)

27

44,3

7

25,9

20

74,1

*Somme hexachlorocyclohexane (I)

47

77,0

38

80,9

9

19,1

* Somme cyclodiène (I)

61

100,0

60

98,4

1

1,6

Nb : données limitées à la Guadeloupe, Martinique et La Réunion, pas de donnée chlordécone exploitable en Guadeloupe
Source : Offices de l’eau.
Traitement SOeS, 2013
* Pesticide interdit d'usage avant début 2011
I : Insecticide

 

Aucun dépassement n’est relevé sur l’île de La Réunion.
Le chlordécone est responsable d’une grande partie des dépassements en Martinique. Le nombre d’analyses n’est pas suffisant pour exploiter les données de ce paramètre en Guadeloupe mais les quelques analyses montrent sa présence. Les insecticides de la famille des hexachlorocyclohexane sont également en dépassement, plus en Martinique toutefois qu’en Guadeloupe.

Méthodologie
Les normes de qualité environnementales ont été définies comme des seuils que la concentration moyenne annuelle et, dans certains cas, que la concentration maximale relevée ne doivent pas dépasser. Ces normes, définies dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l'eau, portent sur 18 substances ou groupes de substances dans les cours d’eau en métropole auxquelles le chlordécone est ajouté pour la Martinique et la Guadeloupe. La limite de quantification est la concentration à partir de laquelle le laboratoire menant l’analyse peut indiquer avec certitude la concentration d’une substance. Elle est variable d’une substance à une autre et pour une même substance peut l’être entre deux laboratoires. Les analyses étant confiées à différents laboratoires, les limites de quantification ne sont donc pas homogènes sur l’ensemble du territoire. Parfois, la limite de quantification est supérieure à la norme. Il est dans ce cas impossible de savoir si la substance analysée respecte ou non la norme.
Les prescriptions de la révision 2012 du guide technique lié à l’évaluation de l’état des eaux ont été appliquées. De ce fait, seules les substances présentant au moins 4 analyses dans l’année ont été prises en compte.
L'évaluation du respect des normes à l'échelle de la masse d'eau pour la DCE est faite sous la responsabilité des Agences et Offices de l'Eau à l'aide des points jugés représentatifs de l'état de celle-ci et peut donc ne pas prendre en compte les résultats de certains points représentés ici.

Mis à jour le 29/05/2013

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/