Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de l’Environnement,
de l’Énergie et de la Mer

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Eau

Les pesticides dans les eaux

6 articles

Respect des normes par les pesticides dans les eaux souterraines

Les normes de qualité prises en compte pour l’évaluation de l’état des eaux souterraines au titre de la directive-cadre sur l’eau (DCE) portent sur l’ensemble des pesticides.
En 2013, 482 des 2 230 points de mesure, soit 21,6 %, ne respectent pas les normes de qualité DCE pour les pesticides. Aux dépassements de norme par substance, qui sont les plus nombreux (13,2 % des points de mesure), s’ajoute pour 8,3 % des points, un dépassement de norme par la concentration totale en pesticides.

Carte : respect des normes par les pesticides dans les eaux souterraines en 2013

De façon générale, ces dépassements sont répartis sur l’ensemble du territoire avec toutefois des secteurs plus préservés comme les zones dites de socle : sud du Massif armoricain, et du Massif central, Alpes et Pyrénées. La Corse, le Limousin et la Guyane ne présentant aucun dépassement en 2013.

85 molécules pesticides différentes dépassent au moins une fois la norme dans les nappes métropolitaines.

Les substances causant le plus de dépassements des normes dans les nappes métropolitaines sont toutes des herbicides ou des produits issus de leur dégradation, à l’exception des deux fongicides : éthylurée et oxadixyl.

Respect des normes par les pesticides dans les eaux souterraines en 2013

En 2013, 14 substances dont 5 molécules mères et 9 produits de dégradation, dépassent les normes sur plus de 10 points de mesure. Il s’agit, pour deux tiers de substances ou de produits de dégradation, de substances interdites d’usage en 2013.

Deux produits de dégradation de l’atrazine, la déisopropyl-déséthyl-atrazine (DEDIA) et l’atrazine déséthyl, se démarquent par des dépassements des normes dans plus de 160 points. La DEDIA est recherchée sur trois quarts des points mais avec de grandes différences selon les bassins.

Plusieurs substances recherchées pour la première fois de manière significative en 2013 sur certains bassins présentent des taux de dépassements des normes dès lors les plus importants. C’est particulièrement le cas des produits de dégradation du métolachlore et du S-métolachlore (ESA & OXA) et de l’alachlore (ESA) recherchés uniquement sur le bassin Adour-Garonne.
C’est également le cas de l’éthylurée, produit de dégradation des fongicides manèbe et mancozèbe utilisés sur différents types de culture, principalement recherché sur le bassin Seine-Normandie.

Dans les départements d’outre-mer (DOM), les normes ne sont pas respectées pour 42 % des points de mesure en 2013. Ce chiffre est essentiellement dû à la Martinique où la moitié des points de mesure dépassent les normes.

Tableau : substances dépassant les normes dans les eaux souterraines des DOM en 2013

En 2013, seuls deux points de mesure dépassent les normes à la Réunion (atrazine déséthyl et mercaptodiméthur) et aucun en Guyane. Présents uniquement aux Antilles, le chlordécone et l’HCH bêta demeurent les uniques responsables des dépassements des normes en Guadeloupe. Avec les six autres pesticides, ces deux derniers sont aussi la cause des dépassements en Martinique.

Méthodologie :
Les données utilisées sont issues des réseaux de surveillance de la directive-cadre sur l’eau (DCE) : réseau de contrôle de surveillance (RCS) et réseau de contrôle opérationnel (RCO).
Les pesticides doivent répondre à deux conditions pour être conformes aux normes DCE, dans les eaux souterraines :
-    la moyenne annuelle de la concentration totale en pesticides doit être inférieure à 0,5 µg/l ;
-    la concentration moyenne annuelle de chaque substance pesticide analysée doit être inférieure à 0,1 µg/l, sauf pour 4 substances, aldrine, dieldrine, heptachlore et heptachlore époxyde, pour lesquelles elle doit être inférieure à 0,03 µg/l.
Le non-respect de l’une ou de l’autre de ces conditions, et qui plus est, le non-respect concurremment de ces 2 conditions, entraînent une non-conformité du point d’eau au titre de la DCE.
Ces seuils ont été appliqués sur les mesures réalisées en 2013, sur les RCS et RCO. Les résultats dépendent à la fois, de la stratégie de surveillance des bassins, certains bassins recherchant plus de substances que d’autres, et des performances analytiques des laboratoires.
Le taux de recherche d’un pesticide correspond au pourcentage de points où ce pesticide a été recherché par rapport au nombre total de points (RCS-RCO) où au moins un pesticide a été analysé, au cours de l’année considérée.

Mis à jour le  9/02/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/