Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Sol et sous-sol

Contamination des sols

7 articles

La radioactivité des sols

La radioactivité des sols peut être d’origine naturelle héritée des radio-isotopes de la roche à partir de laquelle ils se forment, ou artificielle par contamination. En outre, les sols peuvent atténuer les effets de la radioactivité ou au contraire, devenir des sources de pollution radioactive aux effets dommageables pour l’homme et l’environnement.

En France, le césium 137 (137Cs) est le radionucléide artificiel le plus abondant. Il provient soit des retombées des essais atmosphériques d’armes nucléaires (1945-1980), soit des dépôts consécutifs à l’accident de Tchernobyl (mai 1986). Jusqu’au début des années 1990, le milieu atmosphérique constituait le réservoir principal de 137Cs. Après dépôt progressif, le sol est devenu aujourd’hui le réservoir principal pour ce radio-isotope, qui peut être remobilisé sous l’effet de l’érosion. Les dépôts de 137Cs les plus importants, localisés dans l’Est, résultent des fortes pluies s’étant produites au moment du passage du nuage de Tchernobyl. Les niveaux sont toutefois très inférieurs à ceux observés en Ukraine, en Biélorussie et en Russie.


 Carte : activités potentielles de 137Cs dans les sols en 2006


Considéré comme très peu mobile dans la plupart des sols car il se fixe sur les minéraux argileux, le 137Cs peut néanmoins rejoindre l’eau du sol en condition acide. Il est alors susceptible d’être assimilé par les organismes vivants (végétation, etc.), avec un risque d’accumulation. Même si sa biodisponibilité diminue au cours des années (demi-vie de 30 ans), le 137Cs est encore très régulièrement mesuré dans les champignons ramassés en France.


 Tableau : activités en 137Cs mesurées dans les champignons ramassés en 2010


Le radon 222 est un gaz radioactif naturellement présent dans les sols développés dans les roches les plus riches en uranium (granit, gneiss, volcaniques acides). L’affinité de l’uranium pour la matière organique explique par ailleurs sa concentration dans les formations sédimentaires, comme certains grès et schistes noirs. Les émissions radioactives de radon sont cependant cinq à vingt fois plus élevées dans les massifs granitiques que sur des terrains sédimentaires.

En France métropolitaine, le potentiel radon du sous-sol se révèle moyen ou élevé pour 20 % des communes. Cette catégorie concerne au moins une commune sur deux dans 21 départements. Parmi eux, figure l’ensemble des départements de Bretagne et de l’est de la région Nouvelle-Aquitaine. Le phénomène touche toutefois plus particulièrement la Haute-Corse, la Creuse et la Haute-Vienne, pour lesquelles au moins 90 % des communes sont concernées. Le radon est surtout présent dans les grands massifs granitiques ou gneissiques (Massif armoricain, Massif central, Corse, Vosges), ainsi que dans certains grès et schistes noirs.
 

Carte : potentiel radon des formations géologiques en 2010

En raison de sa période radioactive suffisamment longue (3,8 jours), le radon migre dans les sols depuis la roche jusqu’à l’atmosphère et peut s’accumuler à l’intérieur des bâtiments. Le sol est en général la cause principale de la présence de radon dans l’air intérieur des bâtiments. La concentration du radon dans le sol, la perméabilité et l’humidité de celui-ci, mais aussi la présence de fissures ou de fractures dans la roche sous-jacente jouent un rôle important. La migration du radon libéré dans l’espace poreux est maximale dans des roches grenues (comme le granite), fissurées et humides. Ce radionucléide fait partie des substances classées comme cancérigène certain depuis 1987.

 

Article lié :

Environnement > Risques technologiques > Le risque nucléaire

En savoir plus

www.asn.fr/ (Autorité de sûreté nucléaire – ASN)
Rubrique > Informer > Dossiers > Le radon

http://www.brgm.fr/ (Bureau de recherches géologiques et minières - BRGM)

http://www.cea.fr/ (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives – CEA)
Rubrique > Les dossiers > Mururoa > Les essais nucléaires en Polynésie française

https://www.data.gouv.fr/
(Plateforme ouverte des données publiques françaises)
Rubrique > Jeux de données > Connaître le potentiel radon de ma commune

http://www.irsn.org (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire - IRSN)
Rubrique > Base de Connaissances > Surveillance de l'environnement > Expertises environnementales liées à des phénomènes naturels > Le radon
Rubrique > Base de Connaissances > Surveillance de l'environnement > Expertises environnementales liées à des phénomènes naturels > L'accident de Tchernobyl en 1986
Rubrique > La Recherche > Publications et documentation > Fiches radionucléides

http://risques.auvergne.pref.gouv.fr/
(Portail des risques majeurs en Auvergne)
Rubrique > Les risques majeurs dans le Puy-de-Dôme > Les risques naturels > Radon

Le plan national santé environnement et les plans régionaux santé environnement
(Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer)

http://www.mesure-radioactivite.fr/ (Réseau national de mesures de la radioactivité de l’environnement – RNM)

Mis à jour le 30/03/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/