Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Sol et sous-sol

Extraction

4 articles

L’extraction de matières minérales du sous-sol et du sol en France

En France, l’extraction totale de matières minérales du sous-sol représente environ 374 millions de tonnes (Mt) en 2013, en baisse de 6 % par rapport à 2011. Elle couvre un peu moins de 60 % des besoins.

Parmi ces matières minérales, les minerais métalliques bruts englobent l’extraction aurifère en Guyane. Cette dernière contamine l’eau, les sédiments et la biodiversité en raison de l’usage du mercure extrait des sols guyanais pour amalgamer les particules d’or.

Par ailleurs, l’extraction des minéraux non métalliques atteint 372 Mt en 2013 et couvre neuf dixièmes des besoins. Parmi ceux-ci, 90 % consistent en sables et graviers, couvrant 97 % des besoins. Seule l’extraction du sel et celle d’autres minéraux non métalliques (granite, grès, ou marbre), ont augmenté entre 2011 et 2013, respectivement de 12 et 16 points.


Graphe : Extraction et besoins en matières minérales du sous-sol en France en 2013


L’extraction de matières énergétiques fossiles (1,3 Mt en 2013) couvre à peine 1 % des besoins. L’extraction de tourbe a cessé, tandis que celle du lignite et de la houille double entre 2011 et 2013 (313 milliers de tonnes) après avoir fortement chuté en une décennie. Elle couvre néanmoins moins de 2 % des besoins. En revanche, l’extraction de matières énergétiques liquides et gazeuses (gaz naturel), en constante diminution, atteint 1 Mt en 2013. L’exploitation d’une soixantaine de gisements pétroliers et gaziers perdure cependant, principalement dans le bassin Aquitain (gaz, houille, pétrole) et dans le bassin Parisien (pétrole) depuis les années 1960, ainsi que les bassins sédimentaires marins en outre-mer (Antilles, Guyane, Nouvelle Calédonie, St Pierre et Miquelon). En outre, la fracturation hydraulique pour la recherche et l’exploitation d’hydrocarbures (schistes bitumineux) n’est pas autorisée en France au regard des impacts environnementaux qui pourraient résulter des techniques d’exploitation actuellement disponibles (loi du 13 juillet 2011, confirmée par le Conseil constitutionnel le 11 octobre 2013).

Extraits depuis plus de 2 000 ans et surtout au cours du 19ème siècle sous l’ère industrielle, la raréfaction des ressources en matières minérales extraites du sous-sol et du sol contrarie dorénavant la demande croissante. En outre, la France, à l’instar des autres pays de l’Union européenne, montre une totale dépendance pour 12 matières minérales stratégiques (industrie de haute technologie) (BRGM, 2012 d’après World Mining data, 2009). Sont concernés : le béryllium, le bore, le cobalt, le niobium, les platinoïdes, le tantale, et le  titane, et enfin, 5 matières minérales produites essentiellement par la Chine (antimoine, molybdène, terres rares, germanium, vanadium).

Article lié :


Voir aussi :

  • MinéralInfo (Portail français des ressources minérales non énergétiques)

 

 

 

Mis à jour le 14/03/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/