Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Sol et sous-sol

Pertes en sols

4 articles

L’érosion éolienne des sols

L’érosion éolienne correspond à un phénomène naturel de dégradation des sols, accéléré localement par les activités humaines (friches, surpâturage, surexploitation). Une certaine intensité du vent, des caractéristiques de sols spécifiques et l’absence de couvert protecteur peuvent déclencher l’érosion.

En France, un quart des sols présentent une susceptibilité à l’érosion éolienne, dont 4 % une prédisposition élevée. La partie orientale de l’Occitanie et Provence – Alpes – Côte d’Azur présentent les plus fortes sensibilités à l’érosion par le vent (plus d’un quart de leur territoire). Cela s’explique probablement par la combinaison de vents forts, de sols secs et peu couverts sur le golfe du Lion. D’autres secteurs balayés par les vents marins sont également touchés, mais dans une moindre mesure : le littoral normand, le nord des Hauts-de-France et la Corse. Il en va de même des zones de grande culture, telles que le Loiret et l’Eure-et-Loir ou le sud des Hauts-de-France.

Carte : sensibilité des sols à l’érosion éolienne en France

À l’échelle de l’Europe, un peu plus d’un cinquième des sols présentent une sensibilité à l’érosion éolienne, dont 3 % (soit 13 millions d’hectares) une sensibilité forte.

Carte : sensibilité des sols à l’érosion éolienne en Europe

Si la plupart des pays sont concernés par l’érosion éolienne, seuls quelques-uns semblent présenter une forte sensibilité : Danemark (16,2 % du territoire), Espagne (10,2 %), Grèce (7,9 %), Chypre (6,4 %), Roumanie (5,4 %), France (4,3 %). En Méditerranée, les sols sont très sensibles ou moyennement sensibles à l’érosion éolienne le long de la côte sud-ouest de l’Espagne, le long du golfe du Lion en France et sur les îles françaises, grecques et italiennes. Dans le nord de l’Europe, les régions les plus sensibles se situent sur le littoral de la Manche en France et aux Pays-Bas. En mer du Nord, cela concerne le sud-ouest de l’Angleterre et de l’Écosse, une large partie du Danemark et les côtes de la péninsule scandinave. Enfin, les côtes roumaines et bulgares le long de la mer Noire et dans les plaines bordant les montagnes des Carpates montrent également des sensibilités élevées.

Voir aussi :

Mis à jour le 24/02/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/