Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

12 articles

L'artificialisation des sols

Les espaces artificialisés se sont accrus d’environ 3 % (+ 820 km²) entre 2000 et 2006 et occupent plus de 5 % du territoire métropolitain en 2006 (d'après Corine Land Cover, 2006). Ils englobent les zones urbanisées, industrielles ou commerciales, les réseaux de communication, les mines, décharges et chantiers et les espaces verts urbains. Leur accroissement global entre 2000 et 2006 s’est fait à 90 % aux dépens de terres agricoles (745 km²). Il s'agit principalement de terres arables (44 %) et de zones agricoles hétérogènes regroupant surtout des mosaïques agricoles (31 %) et de prairies (18 %).

Or, l’artificialisation des sols de grande valeur agronomique est irréversible. A l’origine de l’imperméabilisation de la surface des sols, elle a de nombreuses conséquences environnementales. Elle favorise le ruissellement de l’eau le long des pentes au détriment de son infiltration, l’érosion des sols, les coulées d’eau boueuse et le risque d’inondation. La concentration du ruissellement intensifie le transfert de sédiments chargés de contaminants des sols vers les cours d’eau (engrais azotés ou phosphatés, hydrocarbures, métaux lourds, produits phytosanitaires). L’artificialisation des sols peut aussi provoquer un déstockage de carbone rapide et conséquent, qui contribue au changement climatique lorsque le sol n’est pas très vite couvert (végétation, revêtement). Enfin, elle fragmente les habitats naturels, les écosystèmes et les paysages, affectant la biodiversité.

Impacts de l’artificialisation des sols sur les habitats et les cycles du carbone et de l’eau

Source : SOeS-Gis Sol, 2010.

A l’échelon de la France métropolitaine, les sols de très bonne qualité agronomique représentent plus du tiers (34,8 %) des surfaces agricoles artificialisées entre 2000 et 2006 au niveau national. Dans environ la moitié des régions françaises, les sols qui ont les meilleures potentialités agronomiques sont les plus touchés.

Note : * La qualité agronomique des sols a été estimée par la réserve utile en eau (RU). Les RU des sols pour chaque région ont été classées en 5 groupes basés sur leur distribution (quintiles). Les meilleurs sols agricoles de chaque région sont ceux dont la RU se situe dans le quintile supérieur de la distribution.

Quatre groupes de régions se distinguent :
- pour le premier, regroupant près de la moitié des régions (Aquitaine, Bourgogne, Haute-Normandie, Ile-de-France, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Midi-Pyrénées, Nord–Pas-de-Calais, Pays-de-la-Loire, Rhône-Alpes), l’artificialisation touche en priorité les sols ayant les meilleures potentialités agronomiques de la région. Ceux-ci sont concernés par 33 à 62 % des surfaces agricoles régionales artificialisées entre 2000 et 2006 ;
- dans un deuxième groupe rassemblant l’Alsace, la Basse-Normandie, la Bretagne, Champagne-Ardenne, le Centre et Paca, l’artificialisation touche environ 30 % des sols agricoles de meilleure qualité agronomique et dans une moindre mesure les autres ;
- en Auvergne, en Corse et en Franche-Comté, les sols de qualité agronomique intermédiaire sont les plus touchés par l’artificialisation (entre 25 et 55 % de la surface agricole régionale artificialisée entre 2000 et 2006) ;
- enfin, en Limousin, en Picardie et en Poitou-Charentes, ce sont les sols de moindre qualité agronomique qui sont les plus concernés par l’artificialisation.

Définition
La réserve utile en eau du sol (RU) représente la quantité d’eau retenue par le sol et que celui-ci peut restituer aux plantes, en vue de leur alimentation ou du transport des éléments nutritifs nécessaires à leur croissance (azote, phosphore, etc.). Elle donne une bonne approximation de la qualité agronomique du sol. En effet, elle permet d'intégrer un bon nombre de facteurs de la qualité d’un sol, tels que la texture (argile, limon, sable), la proportion en éléments grossiers, la structure et la profondeur. La réserve utile est exprimée par une hauteur d’eau en millimètres, pour être comparée aux précipitations et à l'eau évapotranspirée par les plantes. Elle est faible pour les sables et forte pour les limons.

Méthodologie

La RU est évaluée pour les différentes couches du sol (horizons) à partir de leur épaisseur, de leur teneur en cailloux et de la différence entre leur teneur en eau maximale et leur teneur en eau non absorbable par les racines de la plupart des plantes cultivées (car fortement retenue par le sol). La RU a été estimée à partir de la base de données géographique des sols de France (BDGSF), à l’échelle du millionième.
Pour chaque région, les RU des sols agricoles en 2000 ont été classées en 5 groupes basés sur leurs distributions (quintiles), allant des RU les plus mauvaises (quintile inférieur) au RU les meilleures (5ème quintile) pour la région considérée. L'objectif de ce classement en quintiles par région est de permettre des comparaisons régionales relatives.

Pour mieux comprendre

 

Accueil > Indicateurs & Indices > Environnement > Partie 2 - Gestion et utilisation des ressources naturelles > Consommation d'espace > Artificialisation des sols

Voir aussi...

  • http://www.certu.fr/ (Cerema – Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement)
    Rubrique > Accueil > Aménagement Urbanisme > Connaissance des territoires et évaluation > Études et ressources >  Consommation d’espace >  Mesure de la consommation d’espace à partir des fichiers fonciers
  • http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (Medde – Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie
    Rubrique > Accueil du site > Développement durable > Intégration des démarches de développement durable > Villes et territoires durables > Etalement urbain > Les problèmes que pose l’étalement urbain et l’artificialisation des sols qui l’accompagne
  • http://www.gissol.fr (Groupement d'intérêt scientifique Sol)
    Rubrique > Programmes > La BDGSF : Base de Données Géographique des Sols de France.
  • http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/ (SOeS - Service de l’Observation et des statistiques du Medde)
    Rubrique > Accueil > Indicateurs & Indices > Développement durable > Indicateurs de développement durable nationaux > Défi 6 : Conservation et gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles > Artificialisation des sols
    Rubrique > Accueil > Indicateurs & Indices > Environnement > Données de synthèse sur la biodiversité > Pressions et menaces sur la biodiversité > Artificialisation et consommation des espaces naturels et forestiers
    Rubrique > Accueil > Cartographie > Cartographie interactive Géoïdd France > Outil de visualisation statistique :   > Sols > Parts de surfaces artificialisées touchant les sols agricoles par régions (très faible à très forte réserve utile en eau) > Occupation du sol

Mis à jour le 13/10/2014

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/