Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Déchets

Déchets ménagers et assimilés

4 articles

Le traitement des déchets

Au milieu des années 1990, près de la moitié des déchets ménagers était mis en décharge (stockage). Cette proportion décroit nettement depuis ; elle atteignait 43 % des tonnages en 2000 et 24 % en 2015.

La loi n° 2015-992 du 17 août 2015, relative à la transition énergétique pour la croissance verte, fixe l’objectif de réduire de 50 % la mise décharge des déchets non dangereux non inertes à l’horizon 2025 par rapport à 2010.

En France, le taux de valorisation par recyclage et par valorisation énergétique ou organique (compostage, méthanisation, traitement mécano-biologique) atteint 76 % des déchets municipaux en 2015, contre 53 % en 2000.

Le recyclage des déchets progresse fortement du fait du développement de la collecte sélective, conséquence de l’ouverture de déchèteries (4 649 en service en 2015). Les quantités de déchets ménagers à destination du recyclage s’élèvent à 7,9 millions de tonnes (Mt) en 2015, contre 3,7 Mt en 2000 (recyclables secs, hors encombrants).

Les plateformes de compostage accueillent 5,2 Mt de déchets verts issus des DMA.

La loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement fixe notamment comme objectif : « d’ici à 2015, 45 % des déchets ménagers et assimilés (DMA) devront être orientés vers le recyclage ».

Les résultats 2015 de l’enquête collecte de l’Ademe font apparaître un taux de recyclage (matière et organique) des déchets ménagers et assimilés de 41 %. Ce taux croit sensiblement de 1 % par an, mais l’objectif fixé pour 2015 n’est pas atteint malgré les efforts réalisés. Cet objectif est renforcé dans le cadre du programme national de prévention des déchets qui fixe une réduction de 7 % des DMA, entre 2010 et 2020. .

L’incinération sans récupération d’énergie est aujourd’hui marginale. À l’inverse, l’incinération avec récupération d’énergie s’accroit, passant de 29 % du poids des déchets ménagers en 2000, à 35 % en 2015.

Graphe : Evolution du traitement des déchets ménagers


Selon l’inventaire des installations de traitement des ordures ménagères de l’Ademe (enquête Itom), on compte 221 centres de stockage de déchets non dangereux en 2014 contre 303 en 2006. Les incinérateurs sont au nombre de 126 - dont 115 avec récupération d'énergie - contre 266 en 1996 et 90 avec récupération d'énergie.
Pour favoriser la valorisation des déchets, un nombre important de centres de tri et d’unités de compostage ont ouvert au début des années 2000. En 2014, on dénombre 397 centres de tri et 585 unités de compostage.

Mis à jour le  6/08/2018

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/