Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Gestion des ressources

Gestion et utilisation des ressources

9 articles

Les matières et produits importés en France

Les comptes macroéconomiques de flux de matières recensent annuellement les flux apparents importés et entrant dans l’économie sous forme brute ou transformée. Ils s’intéressent également aux flux physiques indirects associés aux importations, qui correspondent à des matières utilisées à l’étranger pour la fabrication des produits importés, mais qui ne sont pas incorporées à ces produits. Il s’agit aussi des combustibles et des matières premières extraites ou déplacées qui ne sont pas utilisées comme intrant économique (roches contenant du minerai, terres excavées pour la construction…).

Les matières importées en France sont comptabilisées sous toutes leurs formes, qu’il s’agisse de matières brutes (pétrole, céréales, coton brut, minerai de cuivre, fruits, liège naturel…), de produits semi-finis (pré-alliages de cuivre, de zinc, gasoil, mélange bitumineux, bois scié, copeaux de bois…) ou de produits finis (équipements de transport, marchandises en verre, préparations alimentaires diverses, tissus, jouets, vêtements, instruments de musique…).

Matières et produits importés en France

Les importations ont globalement augmenté de 30 % entre 1990 et 2008, pour atteindre environ 363 millions de tonnes (Mt), soit 5,7 tonnes par habitant (t/hab.) en 2008. En 2009, elles ont très nettement diminué du fait de la baisse de l’activité économique. Puis la masse des importations a progressé, atteignant 341 Mt en 2013 soit 5,2 t/hab.

Importations apparentes par catégories de matières en 2013

Catégorie de matières

Exemples de matières ou de produits

Importations apparentes en 2013
(en tonnes par habitant)

Combustibles fossiles et produits dérivés

Pétrole et produits pétroliers, charbons, gaz naturel, fuel

2,4

Minerais métalliques et produits à base dominante de métal

Voitures, rails, machines à laver

0,8

Matière issue de l’agriculture et de la pêche

Diverses préparations alimentaires à base de viande, de poissons, de céréales,…, café, chocolat, produits manufacturés en cuir, laine ou soie,…,  fleurs

0,7

Minéraux non métalliques et produits à dominante non métallique

Divers articles en pierre de marbre, de grès, de granit,…, en amiante-ciment, matériaux de construction en argile, bitume, articles de verre, quartz, diverses substances minérales, y compris pour engrais, diamant travaillé ou non

0,6

Bois et produits dérivés

Grumes, planches, charpentes, panneaux en particules de bois, traverses de rail en bois, charbon de bois, pâte à papier, pneumatiques en caoutchouc naturel

0,2

Produits à base dominante de combustibles fossiles

Plastiques, fibres synthétiques, produits chimiques organiques

0,2

Autres produits

Vêtements, produits pharmaceutiques et cosmétiques, lunettes, montres, instruments de musiques, œuvre d'art, certains équipements de jeux et sport,...

0,3

Source : Douanes françaises. Traitements : SOeS, 2015

L’ensemble des combustibles fossiles et dérivés représente 50 % des importations. Ceux-ci comprennent le pétrole, le charbon et le gaz naturel, ainsi que des produits qui en sont majoritairement composés, comme les produits chimiques organiques, les plastiques sous forme primaire ou non, le caoutchouc synthétique. Le pétrole, sous sa forme brute ou raffinée (gasoil et fioul domestique), est la première matière importée, avec 30 % du total.

Les minerais métalliques et produits composés principalement de métal totalisent 15 % des importations (machines et équipements de transport, dont les voitures, certains articles électroménagers…). Le fer et l’acier constituent 62 % de ce flux et les autres produits à base de métal en représentent 28 %.

L’importation de biomasse et produits issus de la biomasse (agriculture, sylviculture et pêche) s’est élevée à 59 Mt en 2013, soit 60 % de plus qu'en 1990. Le bois et les produits dérivés, tels que les panneaux de fibres de bois ou encore les bois plaqués et stratifiés plus ou moins composés de bois tropicaux, représentent près du tiers des importations de biomasse.

En 2013, le fonctionnement de l’économie française a nécessité une importation apparente de 5,2 t/hab. La prise en compte des flux indirects associés aux importations porte les importations totales estimées à 23 t/hab. (27 t/hab. en 2008), soit l’équivalent de près de 1 530 Mt de matières. C’est 4,5 fois ce qui est comptabilisé aux frontières du territoire.

Importations apparentes et totales par catégories de matières

La répartition entre les matières premières, les produits semi-finis et finis dans les importations tend à se modifier. Entre 1990 et 2013, la part des matières brutes a diminué, passant de près de 60 % à un peu moins de 50 % de la masse totale des importations. Pour 2013, elle s’établit à 46,3 %. Le reste est constitué de produits semi-finis (26,5 %) et de produits finis (27,2 %).

Les minerais métalliques et produits à base dominante de métal, avec 15,4 % des importations, génèrent près de 40 % des flux indirects à l’étranger. La biomasse et les produits qui en sont issus, induisent 22 % de l’ensemble de ces flux.

Zoom : l’extraction des minerais métalliques et ses impacts sur l'environnement

Les minerais métalliques et produits dérivés comprennent essentiellement les minerais à base de fer, de cuivre, d’aluminium et bauxite, et de divers autres métaux (nickel, plomb, zinc, …). Des importations croissantes se sont substituées à une extraction intérieure de minerais métalliques aujourd’hui quasi nulle en France. En 2013, 52 Mt sont importées, dont près de 70 % sont sous forme finie et semi-finie. D’une certaine manière, la France transfère ainsi à l’étranger les impacts environnementaux induits par ses besoins en minerais métalliques et produits dérivés.
En effet, leur extraction nécessite l’excavation de grandes quantités de terre, lesquelles, même si elles peuvent servir lors du comblement d’autres sites d’extraction – gravières et carrières –, ont cependant d’importants impacts : défrichement des sols et élimination de la végétation, atteinte à l’habitat et à la survie d’espèces endémiques, atteinte au système hydrologique, dégradation des paysages, …

L’importation d’autres produits comme les vêtements, les instruments de musique ou les produits pharmaceutiques et cosmétiques… ne génère qu’un dixième environ des flux indirects associés à nos imports. Cependant, ces biens sont majoritairement des produits semi-finis ou finis, pour lesquels le calcul de ces flux est encore incomplet.

Mis à jour le  3/05/2016

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/