Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Gestion des ressources

Gestion et utilisation des ressources

9 articles

Le recyclage des matières premières

La valorisation des matières joue un rôle essentiel dans le cadre de l’instauration d’une économie circulaire. Le recyclage permet l’économie de ressources naturelles, notamment de matières premières non renouvelables, et d’énergie.

L’évolution du tonnage des matières recyclées par l’économie en regard du tonnage total de matières qu’elle mobilise (besoin apparent en matières, DMI, ou consommation intérieure apparente de matières, DMC) renseigne sur sa capacité et sa tendance à réutiliser des produits et à produire des matières premières secondaires (MPS) ou matières premières de recyclage (MPR), en substitution des matières premières vierges.

Selon les chiffres 2014, la production de déchets s’élèverait à 325 millions de tonnes, tous secteurs confondus, soit de l’ordre de 40 % du besoin apparent en matières. Environ 314 millions de tonnes sont non dangereux (97 %) et 10,8 millions de tonnes sont dangereux. En 2014, 64 % de déchets non dangereux et 31 % de déchets dangereux traités en France sont recyclés, le reste étant incinéré ou stocké.

Zoom : Le recyclage des déchets

Les déchets destinés au recyclage proviennent soit des entreprises (chutes de production, production mise au rebut, équipements hors d’usage et emballages industriels ou commerciaux), soit des ménages (emballages ménagers, journaux/magazines, papiers-cartons et équipements en fin de vie, tels que les véhicules et appareils ménagers hors d’usage). Ces déchets sont collectés par des entreprises spécialisées (éco-organismes ou récupérateurs) ou acheminés en déchèterie. En ce qui concerne les déchets, la collecte sélective est souvent organisée dans le cadre de filières
spécialisées (responsabilité élargie au producteur (REP), filières de responsabilité élargie du producteur) : emballages, véhicules hors d’usage, déchets des équipements électriques et électroniques, pneus et huiles usagés... Les déchets collectés peuvent être :
- réemployés c’est-à-dire remis sur le marché sans aucune transformation en vue d’un usage analogue à celui de sa première utilisation, ce n’est donc pas un déchet ;
- réutilisés, c’est-à-dire réutilisés pour un usage analogue à celui de sa première utilisation après contrôle, réparation…  Il s’agit d’un déchet.
- recyclés, ce qui permet de substituer des substances, des matières ou des produits à d’autres substances, matières ou produits. Ces déchets sont souvent qualifiés de matières premières de recyclage.

Environ 70 % de la masse de déchets produits en France est constituée de déchets minéraux issus pour l’essentiel (95 %) de la construction. Pour être comptabilisés, ces déchets, qui sont non dangereux (béton, briques, tuiles, verre, terre et granulats non pollués), doivent quitter le chantier où ils ont été produits.
Les matières premières de recyclage (MPR) représentent un enjeu majeur. Pour les industriels, mobiliser et valoriser les déchets permet de réduire les coûts, d’économiser les ressources et de réduire les émissions de GES.Evolution des taux d'incorporation du calcin, du papier carton recyclé, de l'aluminium, des ferrailles et du plastique

 Depuis le milieu des années 2000, le taux d’incorporation  des MPR (hors acier) est en hausse. L’indicateur d’utilisation cyclique était de 15 % en 2006, il est de 18 % en 2014. Les plastiques sont à la peine, avec un taux d’incorporation inférieur à 10 %. La hausse la plus forte concerne les papiers-cartons recyclés, atteignant 66 % en 2014. À l’exception des métaux non ferreux pris dans leur ensemble et des matières plastiques, l’utilisation de matières premières de recyclage dans l’industrie s’est aussi nettement accrue au cours des années 1990. Les taux d’utilisation de MPR des industries concernées (sidérurgie, papeterie et verrerie) ont marqué un palier au cours de la première moitié des années 2000. Les capacités d’absorption des MPR par les industries concernées dépendent également d’investissements de long terme. On observe toutefois depuis la moitié des années 2000 une nouvelle tendance à la hausse, pour le verre, les papiers-cartons et les métaux non ferreux.

Voir aussi

  •  Un solde des déchets fortement excédentaire, Direction générale des douanes et droits indirects, Études et éclairages, n° 20, mars 2011, 2 p.
  • La France exporte toujours plus de matières premières de recyclage, Le Point sur n° 220, janvier 2016.
  • 10 indicateurs clés pour le suivi de l’économie circulaire, Datalab, mars 2017.

Mis à jour le 25/07/2017

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/