Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Eau et assainissement

Gestion de l'eau potable et des eaux usées

10 articles

Eau potable : la production

L’eau recueillie à partir des différents captages n’est généralement pas directement consommable. Elle doit subir des traitements de potabilisation plus ou moins importants en fonction de la qualité d’origine.

Huit communes sur dix sont alimentées exclusivement par une eau d’origine souterraine. Elles représentent 50% des volumes facturés et regroupent plus de la moitié de la population. 10% des communes ne distribuent que de l’eau d’origine superficielle (lacs ou rivières). Elles représentent près de 20% des volumes d'eau facturés et de la population. Les communes restantes, soit un quart de la population, alimentent leurs abonnés avec des eaux d’origine mixte (souterraine ou superficielle).

Part des volumes d'eau distribués facturés selon l'origine de l'eau

Part des volumes d'eau distribués facturés selon l'origine de l'eauNote : L'Enquête Eau (SOeS – SSP) est complétée par des données de la direction générale de la santé (DGS) sur les unités de distribution de l'eau des communes de l'échantillon, sur l'origine de l'eau et les traitements appliqués pour la rendre potable. Ces données, actualisées régulièrement par la DGS, ont été contrôlées par les Autorités Régionales de Santé (ARS) pour 50% des départements.

Source : SOeS – SSP, Enquête Eau 2008, ministère de la Santé – ARS – SISE-eaux
Traitement : SOeS.

La provenance de l’eau (superficielle ou souterraine) a une influence sur la complexité des traitements de potabilisation effectués. Ainsi, 70% des eaux d’origine souterraine ne nécessitent que des traitements de type A1 : traitement physique simple et désinfection. Les eaux d’origine superficielle, provenant pour l'essentiel de rivières ou de lacs, nécessitent pour 65% des traitements de type A3 : traitement physique, chimique poussé, affinage et désinfection. Le reste des traitements sont de type A2 (traitement physique, chimique et désinfection), ou des traitements mixtes.

Part des volumes d'eau distribués facturés selon le traitement de l'eau

Part des volumes d'eau distribués facturés selon le traitement de l'eauNote : L'Enquête Eau (SOeS – SSP)  est complétée par des données de la direction générale de la santé ( DGS) sur les unités de distribution de l'eau des communes de l'échantillon, sur l'origine de l'eau et les traitements appliqués pour la rendre potable. Ces données, actualisées régulièrement par la DGS, ont été contrôlées par les Autorités Régionales de Santé (ARS) pour 50% des départements.

Source : SOeS – SSP, Enquête Eau 2008, ministère de la Santé – ARS – SISE-eaux
Traitement : SOeS.

 

En France, on compte environ 50 000 réservoirs d’une capacité totale de 22 millions de m3 en 2008. La région ayant le plus de réservoirs est la région Rhône Alpes (près de 7 300) et la région ayant le plus grand volume de réserve est la région Ile-de-France (environ 3 millions de m3). Cependant, rapporté à la consommation en 2008, ces deux régions n'ont pas la plus grande capacité de stockage (respectivement 2,6 jours et 1,5 jours). A contrario, le Limousin et l’Auvergne ont plus de 3 jours de réserve en eau potable. La moyenne nationale est de 2 jours en 2008.

Capacité de stockage d’eau potable par région en 2008

Capacité de stockage d’eau potable par région en 2008

Note :
La capacité de stockage est le ratio entre le volume total des réservoirs sur le volume d’eau potable consommé en 2008.
Source : SOeS - SSP, Enquête Eau 2008.


Voir aussi...

Mis à jour le  6/04/2011

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/