Accès rapides : vers le site web du ministère
> Recherche avancée

Ministère de la Transition
écologique et solidaire

Commissariat général au Développement durable

OBSERVATION ET STATISTIQUES

L'essentiel sur…

> Retour accueil de la rubrique

Tourisme

Tourisme et environnement

7 articles

Ressource en eau et secteurs touristiques

La consommation d’eau liée à la fréquentation touristique constitue l’un des enjeux majeurs auxquels les collectivités d’accueil ou les gestionnaires d’établissements doivent faire face.

Les informations quantitatives concernant la consommation d’eau du secteur du tourisme sont encore peu développées. Il est donc difficile de quantifier la consommation d’eau d’un touriste, qui est fonction de son hébergement, des activités qu’il pratique, voire de la modification de son comportement pendant les vacances. En ce qui concerne les hébergements, les quelques études disponibles mettent en évidence la forte consommation par nuitée des hôtels (une enquête conduite en 1994 par l’agence de l’eau Seine-Normandie estimait que la consommation par nuitée et par personne était de 1,5 à 2,3 fois supérieure à celle réalisée au domicile – Source : Les indicateurs Tourisme, environnement, territoires, Ifen, collection Indicateurs, janvier 2000). C’est ainsi que les labels développés par les pouvoirs publics (Ecolabel européen) ou les professionnels (Clef Verte, Green Globe, Hôtels au naturel, Gîte Panda en partenariat avec le WWF, écogîte, etc.) ont tous pour objectif la réduction des consommations d’eau.

L’examen des volumes prélevés pour l’alimentation en eau potable par département donne une première approche des volumes effectivement consommés dans les territoires touristiques. À noter toutefois que pour certains départements, l’eau prélevée permet en réalité d’alimenter en eau potable d’autres départements ; c’est par exemple le cas du département de l’Yonne dont une partie importante de l’eau prélevée sur son territoire alimente Paris (Paris ne comptant aucun prélèvement), ou de certains départements ruraux dont l’eau prélevée alimente une grande métropole voisine. Par ailleurs, le  volume prélevé correspond aux volumes mobilisés pour répondre aux besoins de l’ensemble des abonnés reliés aux réseaux d’alimentation, et pas seulement aux besoins des seuls ménages.

Pour autant, en mettant en parallèle, pour chaque département, les volumes prélevés par habitant et le taux de fonction touristique (c’est-à-dire le nombre de lits touristiques ramenés à la population résidente), des convergences apparaissent.

Moyennant les précautions d’analyses précédemment citées, les départements enregistrant les plus forts volumes d’eau prélevée par habitant sont pour la plupart également ceux connaissant le plus fort taux de fonction touristique. Cette similitude tendrait à montrer que le surplus de prélèvement (et de consommation) d’eau potable constaté dans ces territoires est lié à la présence touristique.

Il s’agit de départements dont une partie au moins se situe en territoire de montagne (Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, Savoie, Cantal, Aveyron, Lozère, Hautes-Pyrénées, Ariège), de départements à la fois « littoraux » et « montagnards » (Var, Alpes-Maritimes, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Pyrénées-Orientales, Hérault), les Landes (littoral) et le Lot (rural). Alors que la moyenne métropolitaine des prélèvements en eau pour l’alimentation en eau potable se situe à 234 litres/habitant/jour (l/hab./j), ils sont supérieurs à 300 l/hab./j dans ces départements.

À titre d’exemple, les niveaux des prélèvements de la Corse, qui alimentent l’île exclusivement, illustrent les pressions occasionnées en particulier par le tourisme sur la ressource en eau : 446 l/hab./j.  pour la Corse-du-Sud (presque deux fois plus que la moyenne métropolitaine) et 361 l/hab./j pour la Haute-Corse (1,5 fois plus).

Prélèvements en eau de deux communes touristiques

Nombre d'habitantsVolumes prélevés pour l'eau potable (en milliers de m3/an)Ratio consommation d'eau potable (en litre/habitant/jour)Volumes prélevés pour d'autres usages (en milliers de m3/an)
Station de sports d'hiver (Pyrénées Orientales)5559684 800 l/hab/jour845 dont 604 répertoriés "canons à neige"
Station balnéaire (Aude)4 030636432 l/hab/jour-

Note : - = absence de résultat due à la nature des choses.
Source : portail de l’eau eaufrance, année de référence 2009

Par ailleurs, un effet climatique (avec une différenciation Nord/Sud) joue probablement un rôle dans la consommation en eau potable, tant des touristes que des habitants.

Zoom sur les consommations des équipements de loisirs

Les golfs

En 2013, 713 structures de pratique du golf sont répertoriées sur l’ensemble du territoire. Ce nombre a progressé de 20 % sur la dernière décennie. L'eau utilisée pour l’arrosage des terrains de golf provient pour l’essentiel des eaux souterraines (41 % des golfs), des retenues d’eau pluviale (23 % des golfs) et des eaux de surface (17 % des golfs). 10 % des golfs utilisent l’eau potable pour cet usage. Les progrès technologiques des outils de pilotage de l’arrosage, ainsi que la professionnalisation des personnels d’entretien ont permis  d’optimiser l’utilisation de la ressource en eau. D’après les données de consommation moyenne couvrant la période 2006-2010, 27 millions de m3 d’eau, toutes provenances confondues, seraient utilisés chaque année pour l’arrosage des golfs en France. Cela représente, pour chaque golf, une consommation moyenne de 38 000 m3 d’eau par an. Source : Les chiffres du golf 2013, Fédération française de golf.

Les canons à neige
Dans son rapport consacré à la neige de culture de 2009, le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) présentait les estimations réalisées par ODIT France sur la base de déclarations annuelles d’exploitants de stations de sports d’hiver. En moyenne, sur la période 1995-2008, le volume d’eau pulvérisée par les canons à neige s’est accru de 1 million de m3 par an du fait d’une augmentation des surfaces artificiellement enneigées liée notamment à la réduction du nombre de jours de neige ou au déficit de quantité de neige tombée. En 2008, 5 500 hectares étaient enneigés artificiellement, soit près de 20 % du domaine skiable, sur la partie a priori la plus fréquentée et la plus stratégique des stations. 19 millions de m3 d’eau étaient prélevés pour cet usage en 2008.


Voir aussi...

•    http://ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/vacances-loisirs
•    http://www.communes-touristiques.net/ (site de l’Association nationale des maires des stations classées et des communes touristiques)
•    http://www.eaufrance.fr/

Mis à jour le  8/06/2015

http://www.gouvernement.fr http://www.legifrance.gouv.fr/ http://www.service-public.fr/ http://www.france.fr/ http://www.data.gouv.fr/